"Cash investigation" : tout est dit...

Je n'ai jamais été une grande fan de la journaliste Elise Lucet. Ce n'est donc pas le fait qu'elle présente l'émission "Cash investigation" qui m'a poussée à la regarder pour la première fois, il y a un peu plus de 15 jours maintenant, mais plutôt le sujet qui allait y être traité : " Le marketing vert - le grand maquillage".



Je dois dire que le courage d'Élise Lucet dans cette émission m'a beaucoup surprise, à tel point que je n'ai pas hésité une seconde à regarder celle de vendredi dernier, au titre prometteur : "Toxic fringues".

Pour ceux qui ne connaissent pas l'émission, elle est diffusée le vendredi soir sur France 2 en deuxième partie de soirée, vers 22h30, et dure environ 1 heure et demie. Élise Lucet intervient à la fois en tant qu'animatrice de l'émission mais aussi en tant que journaliste, pour des interviews plutôt sensibles.

Le ton des reportages est clairement incisif et les enquêtes poussées, très documentées, ne laissent aucune place à l'improvisation : c'est là que se place toute l'originalité de l'émission. Les marques concernées sont clairement citées. La présence de la caméra est bien souvent déstabilisante, voire carrément gênante parfois. Élise Lucet reste pour sa part calme et professionnelle en toutes circonstances, posant des questions pertinentes, sans aucune agressivité, ce qui renforce la crédibilité de l'émission et des reportages qui y sont traités.

J'ai vraiment apprécié la première émission. Élise Lucet n'a pas hésité pas à aller au charbon et à mener des interviews difficiles, à tel point que dans ce numéro, le Directeur Général de WWF s'est trouvé tellement poussé dans ses retranchements qu'il a souhaité arrêter l'interview en plein tournage. 

L'image de certaines marques en prend donc un sérieux coup dans cette émission : les incohérences et les mensonges du management sont mis à nu, comme on a pu le voir encore vendredi soir avec l'un des représentants de Zara, bien embêté pour se tirer d'affaire face à un journaliste qui, preuve à l'appui, affirme en pleine conférence de presse, devant un parterre de journalistes, que le management de Zara ne peut ignorer que ses sous-traitants font travailler des enfants au Bangladesh, au mépris total de la loi.

Un grand moment également : le passage où un cadre de chez Volvic bafouille et ne sait plus quoi répondre lorsque le journaliste lui prouve, analyses à l'appui, que sa bouteille d'eau végétale n'est en fait pas si écolo que ça.

On prend conscience au passage, s'il en était besoin, que dans "consommateur", certaines marques ont bien vu qu'il y avait "con" (j'aime beaucoup Roland Magdane aussi...).

Mon petit doigt me dit que je ne vais pas me coucher tôt vendredi prochain : le thème de l'émission est "Neuromarketing : votre cerveau les intéresse". Ça promet.

Commentaires

  1. Je ne connais pas cette émission, mais ça me donne envie de regarder vendredi prochain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ici là, tu peux aussi regarder l'émission de vendredi en replay sur Pluzz.

      Supprimer
  2. Ah zut, je l'ai raté mais je vais regarder en replay et surtout donc dégouté d'avoir raté le premier épisode ;-(

    RépondreSupprimer
  3. Ah tiens tu éveilles ma curiosité ! J'essaierai de la voir en replay moi aussi.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)