vendredi 29 juin 2012

Payer pour avoir une réduction : mais bien sûr...

Mercredi soir, comme à chaque fois le premier jour des soldes, nous avons eu droit à l'inévitable marronnier sur les grandes chaînes de télévision: le type qui se faufile sous le rideau de fer à l’ouverture du magasin et celui qui se jette sur les téléviseurs soldés. Ça, c'est de l'information. 


J’aime bien les soldes. Il y a encore quelques années, j’étais limite de poser un RTT le premier jour pour aller faire flamber la Visa. A l’époque, avec deux enfants en bas-âge qui te ruinent au bas mot deux tenues par jour de leurs restes de nourriture ou de leurs restes de pipi / caca (voire les deux en même temps), j’étais du genre à dévaliser les rayons enfant des magasins de vêtements, dès la première démarque. C’est qu’il fallait être organisée et rapide : se diriger directement vers le rayon à piller après un repérage en règle les jours précédents, être rapide pour lire les tailles et prendre son mal en patience en caisse. 

Mais depuis l’instauration des soldes flottants, qui permettent de se procurer un peu de merdier (j'aime toujours Roland Magdane) à prix réduit à plusieurs moments de l’année, les "traditionnelles" soldes, ce n’est plus vraiment ça.

Il y a encore quelques années, si tu n’avais pas fait tes achats la première semaine du rush des soldes de janvier et de juin, tu ne retrouvais dans les magasins que les escarpins taille 45, les robes taille XS ou XXL et les t-shirts invendus des 2 saisons précédentes. Maintenant, il n’est pas rare d’avoir un bon choix de tailles jusqu’à la troisième démarque. D’ailleurs, j’ai déjà croisé des mères de famille passer en caisse une pile de vêtements sur les bras la dernière semaine des soldes. Un conseil dans ces cas-là : reposer l’unique paire de chaussettes qui te faisait de l’oeil et revenir plus tard, au risque, au mieux, d’arriver en retard au bureau, au pire, d’être propriétaire d’une nouvelle paire de varices.

Un autre phénomène s’est beaucoup développé, à mon plus grand plaisir d’ailleurs : les ventes privées. Il faut être cliente du magasin pour pouvoir avoir accès aux ventes privées et, la plupart du temps, posséder la carte de fidélité. Chez DPAM, par exemple, elle est gratuite et tu peux parfois bénéficier de 10 % de remise supplémentaire sur les promotions ou les soldes, ce qui est toujours bon à prendre. Par contre, chez Promod, notamment, elle est payante (6 € quand même) pour pouvoir bénéficier de prix réduits avant tout le monde : tu payes une fois et elle reste valable si tu fais au moins un achat dans l’année. Mais il y a pire : chez Okaidi, tu payes une cotisation chaque année de 4 €.

Je l’ai déjà dit, je suis du genre radin. Alors je vous laisse imaginer ma tête quand on m’a proposé de payer une carte de fidélité la première fois : j’ai bien cru que l’oursin du porte-monnaie allait se faire hara-kiri !  Je peux vous dire que le dernier qui m’a vu débourser ne serait-ce qu’un centime pour avoir une réduction n’est pas jeune… Si la boutique s’appelait Chanel ou Gucci, je signerais tout de suite (ça enverrais du pâté, une carte de fidélité chez eux !) mais ce genre de pratique dans des boutiques comme Tape à l’œil, faudra m’expliquer. Il est vrai que les cartes de fidélité ne proposent pas que la possibilité de participer aux ventes privées, il y a quelques autres avantages mais je pense néanmoins que ça reste l’avantage phare.

Je vous avouerais par ailleurs que ce que j'ai vu en soldes dans les magasins depuis mercredi ne m’a pas donné envie d’appeler Cetelem. J’ai fait quelques achats (notamment un foulard chez DDP à 2 € !) mais j’ai vu beaucoup d’articles à -20 % voire -10 % : j’appelle ça une remise, pas des soldes. Chez Promod (décidément), j’ai vu une blouse soldée même pas 2 € de moins par rapport au prix de départ (la preuve ici) : j'ai l'impression que les soldes, c’est plus vraiment ça…

Et vous, z’avez fait des affaires ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 27 juin 2012

Les locataires de la salle de bains : le masque doux aromatique aux 3 roses de Nuxe

Il y a certains produits comme ça que j'ai tendance à racheter les yeux fermés une fois qu'ils se terminent : ce sont en quelque sorte les locataires permanents de la salle de bains.

C’est le cas du masque doux aromatique aux 3 roses de Nuxe. Je crois d’ailleurs que si je ne devais ne posséder qu’un seul masque, ce serait celui-ci.


J’ai découvert les produits Nuxe il y a quelques années maintenant, après avoir lu dans la presse people que cette marque était la préférée du moment chez les stars. Ce que l’on ne nous raconte pas pour nous faire acheter quand même… et le pire, c’est que ça marche, enfin, surtout avec moi… Ce qui a achevé de me convaincre d’essayer les produits Nuxe était de savoir qu’ils étaient vendus en pharmacie, un gage de qualité et de sérieux.

Ce masque m'a tellement plu et s'est avéré si efficace que j’ai fini par l'adopter définitivement. Il faut bien avouer que ce masque fait des miracles sur ma peau mixte. Il tient toutes les promesses énoncées sur sa notice : après l’application, le grain de ma peau est effectivement resserré, mon teint est clair et lumineux et ma peau toute douce. 

La texture du masque est très agréable et fraîche à porter, elle ne dessèche pas trop sur le visage et reste tout à fait confortable. Le seul inconvénient que je pourrais lui trouver, mais ce n’est pas moi la plus gênée pour le coup, c’est qu’il m’est impossible de sortir de la salle de bains avec ce masque sur le visage si les enfants sont dans le coin : j’ai déjà fait peur à mon fils une fois, à cause de la couleur blanche du masque qui lui a rappelé le Joker dans Batman. Je n’ai pourtant pas la main lourde pour l’appliquer, radinerie oblige…

Le parfum végétal du masque est très agréable et délassant : le masque est formulé à base de 9 huiles essentielles et d’extrait de bouleau, de terre argileuse, d’extrait de pamplemousse et de roses rouge, noire et blanche. Je le laisse poser le temps de mon bain puis je rince l’ensemble très soigneusement à grande eau pour ne pas en laisser car la texture du masque a tendance à accrocher sur la peau.

Le packaging est très élégant : les couleurs et les matériaux utilisés donnent une image très qualitative de la marque. Le pot est en verre dépoli, ce qui est très joli mais pas des plus pratiques quand on a les mains mouillées : je me répète (c'est la vieillesse) mais j’ai toujours peur qu’il m’échappe des mains et ne se fracasse sur le sol.

Le second problème concerne la disparition de la spatule : quand j'ai acheté mes premiers pots, il y avait une petite spatule en plastique qui permettait de ne pas laisser ses microbes dans le pot en se servant avec les doigts - classe et pratique ! Et puis un jour, il n'y a plus eu de spatule : le cost killer a dû passer par là...Dommage, j'aurais préféré qu'il remplace carrément le pot en verre par un tube en plastique, moins élégant mais plus hygiénique.

Le pot est économique car chacun d’entre eux a duré environ 6 mois, à raison d’une utilisation par semaine. Le prix, qui peut paraître un peu élevé de prime abord (18 € les 50 ml), est donc largement amorti et de toute façon justifié par la qualité du produit.

Le dernier pot en ma possession va très vraisemblablement rendre l’âme d’ici une semaine ou deux (comme vous pouvez le constater sur la photo et il a encore diminué depuis qu'elle a été prise). Je m’apprête à lui faire ensuite une infidélité pour tester une autre marque dont je ne manquerais pas de vous parler mais je serais vraiment très surprise si je ne finissais pas par racheter ce masque à un moment ou un autre.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 21 juin 2012

Inhumains


J’ai longtemps hésité avant d’aborder ce genre de sujet dans un billet. Je fais partie de ceux qui recherchent un peu d’évasion sur la blogosphère, qui lisent des billets pour se changer les idées, pour partager quelques astuces ou quelques bons mots, bref, qui cherchent à passer un peu de bon temps quand ils surfent sur Internet.

Et ce billet n'entre pas dans ce cadre-là. 

Vous avez peut-être lu ou entendu ce qu’a subi une petite fille prénommée Marina, décédée sous les coups et le traitement inhumain que ses parents lui ont fait subir pendant des années, dans la plus complète indifférence de son entourage et surtout, des autorités.

J’ai eu beaucoup de peine – le mot est bien choisi – pour pouvoir lire cet article-là jusqu’au bout (attention : c'est émotionnellement très difficile à lire, personnellement, cela m'a beaucoup choquée). J'ai d'ailleurs également beaucoup de mal à écrire cet article : les touches du clavier ne frappent pas assez vite pour exprimer toute ma colère.

Au-delà du fait que rien n'ai été fait pour sauver Marina de son calvaire et lui éviter le pire – c’est aujourd’hui à la Justice de trancher et de punir les coupables, tout ce que je pourrais dire ici ne servirait à rien – je m’interroge sur la personnalité et la santé mentale de ces deux individus que sont les géniteurs de Marina.

Je vais adopter le mot « individus » pour désigner ces personnes car le mot « parents » ne peut vraisemblablement pas s’appliquer ici. Il y a en effet une dimension affective dans le mot « parents » dont ils sont visiblement dénués. Ils sont d’ailleurs bien pires que les animaux parce que les bêtes ont un instinct de protection vis-à-vis de leur progéniture qu’ils n’ont même pas.

J’ai beau faire preuve de toute l’empathie dont je suis capable, je me demande comment il est humainement possible de battre à mort un enfant ou de lui faire subir des sévices moraux ou corporels. Je me demande ce que l’on peut avoir dans le crâne et quelle haine peut être à l’origine d’un tel déchainement de violence.

Pire, en lisant le récit de ce que ces individus ont infligé à cette pauvre enfant, que je ne reprendrai pas ici mais dont je vous invite à consulter la short list sur l'article de presse cité plus haut et que même le journaliste avoue avoir eu du mal à retranscrire, je me demande d’où ils tirent une pareille imagination. J’en suis même au point de m’interroger à savoir si ces individus sont moralement et psychiquement conçus comme la majorité d’entre nous.

Ce billet n’est vraiment pas joyeux, je m’en rends compte, mais j’avais besoin d’évacuer toute ma haine et tout mon mépris pour ces individus. Mettre tout mon dégoût par écrit m’a fait du bien et quelque part c’est un peu une façon d’attirer l’attention sur les milliers de Marina encore en vie et qu’on pourrait peut-être encore sauver, pour le peu que l’on regarde un peu plus attentivement autour de nous et que l’on s’intéresse intelligemment, c’est-à-dire sans voyeurisme malsain, à la vie de nos voisins. Cette histoire m’a choquée mais aujourd’hui, j’ai pris conscience qu’il est parfois important de lever les yeux de son propre nombril. J’en tire une leçon.

Je souhaite vivement aujourd’hui que la Justice fasse correctement son travail et qu’elle condamne très sévèrement ces deux individus… même si nous savons tous par expérience que ce n’est pas  malheureusement gagné.

Je n’aimerais pas être à la place des personnes qui ont à juger une telle affaire et qui n’en ressortiront de toute façon pas indemnes. Je ne voudrais pas non plus être à la place de celles et ceux qui savaient mais qui n’ont rien fait ou tout du moins rien tenté pour aider Marina : à leur place, je ne sais pas si je pourrais encore me regarder dans une glace.

Là où elle se trouve aujourd’hui, Marina ne souffre plus… mais j’ai la rage quand je pense à ce qu’elle dû endurer… et à tout ce que les autres endurent encore.


Billet actualisé - et malheureusement d'actualité - le 27 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 20 juin 2012

On ne s'est pas déjà senti ?

Cet avis sur le gommage corps Nature de Soin me donne l'occasion d'inaugurer sur le blog la première photo prise de mes petites mains potelées (il y a encore beaucoup d'améliorations à apporter mais c'est un début : vos conseils et suggestions sont d'ailleurs les bienvenus !) :


J’ai connu la marque Nature de Soin grâce à un jeu-concours sur le site Beauté Addict en avril dernier : j’ai gagné un lot de deux produits à choisir parmi toute leur gamme. J’ai dû avoir une intuition au moment de me décider car j’ai pris deux gommages, un pour le corps et un pour le visage : j’ai eu l’occasion de tester le gommage corps plus tôt que prévu, suite à mes mésaventures avec le gommage corps L’Occitane (si vous avez raté ce grand moment, vous avez droit à une séance de rattrapage par ici : "capable du pire").

La marque Nature de Soin ne propose que des produits composés bio à 100 %. Ce gommage contient entre autres de l’huile de noyau d’abricot assouplissante et hydratante, de la camomille apaisante et du noyau d’amande pilé au pouvoir exfoliant. Tout un programme.

Le gommage se présente dans un pot en verre. J’aime bien ce genre de conditionnement que je trouve très élégant, néanmoins, j’ai toujours peur que le pot ne glisse de mes mains, surtout lorsqu'elles sont mouillées, et ne finisse par terre. Dans le cas du gommage, sur un plan pratique, je préfère de loin un bon vieux tube en plastique, c’est moins joli, certes, mais cela évite de se mettre plein de grains de gommage sous les ongles au moment de se servir. La texture en pot me pose également problème en termes d’hygiène, à moins de bricoler un système de spatule pour ne pas avoir à se servir directement avec les mains.

La texture du gommage est plus liquide que celle d’un masque mais elle est suffisamment compacte pour ne pas couler entre les doigts. La crème blanche s’étale correctement sur la peau et les petits grains marron sont plutôt respectueux de l’épiderme : ce gommage doux conviendra aux peaux les plus sensibles. Le rinçage ne pose aucun problème non plus, aussi bien pour la peau que pour le bac de douche. La peau est douce et lisse après utilisation et surtout, elle ne tire pas.

L'aspect le plus frappant de ce gommage (et de l’ensemble des produits de la marque, me semble-t-il), c’est son odeur, qui n’est pas sans évoquer un célèbre parfum d’un certain Thierry M.. C’est surprenant, je ne m’attendais pas du tout à un tel parfum pour une ligne de cosmétiques bio. L'odeur du gommage est moins capiteux que la ligne qu’il évoque et flotte quelques temps dans la salle de bains. Pour avoir testé quelques échantillons de crème anti-âge, le parfum m’a carrément gênée au bout d’un moment mais pas dans le cas du gommage, question de concentration peut-être.

Ce gommage est en vente sur la boutique en ligne de la marque au prix de 41 € les 100 ml. J’ai apprécié de pouvoir découvrir cette marque - merci Beauté Addict et Nature de Soin pour ce concours - ainsi que ce produit, qui devrait ravir les fans des parfums Thierry M.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 14 juin 2012

Juste vivant

Il y a des petits bonheurs dans la vie d’une maman, des pincements au cœur remplis de joie et de fierté. C’est ce que j’ai ressenti quand mon fils m’a ramené les invitations qu’il avait reçues pour l’anniversaire de trois de ses copains.

Mon fils, ce grand garçon, avec ses grands gestes désordonnés et pas toujours bien calculés, si sensible malgré ses airs de dur, avec son appétit de vivre et son tempérament infatigable… est invité à une fête d'anniversaire.

Vous allez vous me demander pourquoi je m’extasie sur une banale invitation d’écolier : c’est que pour moi ces invitations, elles veulent dire beaucoup plus que ça.

Être invité à un anniversaire, c’est avoir une vie sociale. Et pour un enfant que l’on regardait il y a encore quelques mois comme un hyperactif en puissance, pour lui qui est malheureusement parfois si brusque dans ses gestes et dans sa relation avec les autres, c’est une grande victoire.

Je revois la tristesse dans ses yeux l’année dernière lorsqu’il osait à peine nous avouer sa difficulté à avoir des copains et toute sa peine contenue, sans compter cette peur, toujours latente, d’être différent et d'être mis à l'écart.

Je repense aussi à son appréhension le jour du rendez-vous avec la psychologue scolaire et son soulagement quand il m'a aperçue de loin, ce jour-là.

Alors, être invité par un copain, et qui plus est par 3 copains différents, c'est être apprécié de ses camarades et faire partie d’un groupe et je mesure comme cela est important à ses yeux.

J’ose croire que les efforts considérables qu’il a fournis ces derniers mois pour améliorer ses résultats en classe et pour que la maitresse soit fière de lui n’y sont pas étrangers non plus. Ça lui fait tellement de peine de ne pas réussir, il s’en veut tellement.

Et j’ose même envisager que nos encouragements, ceux de papa est occupé et les miens, lui ont permis une réelle prise de conscience de ses capacités et une meilleure confiance en lui, encore très fragile mais qui ne demande qu’à fortifier avec le temps.

Voilà pourquoi aujourd’hui je suis heureuse pour mon fils, pour ce chemin qu’il a parcouru, avec notre soutien certes mais qu’il n’aurait pas pu accomplir sans sa propre volonté et son propre engagement.

Je veux être sereine en cette fin d’année scolaire et croire que tout ne peut que bien se passer l’année prochaine, en CP. Je sais déjà qu’il fera de son mieux et que nous le soutiendrons.

Et puis je suis heureuse aussi quand je repense à toutes ces mauvaises langues… Non, un enfant très actif n’est pas forcément hyperactif… Il n’est pas différent… Il est juste vivant….


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 13 juin 2012

Revue Betrousse Christmas Beauty : la fleur de crème corps Ekos de Natura Brasil

Je continue petit à petit à écluser les produits que contenait la Betrousse Christmas Beauty, achetée en fin d’année dernière. Le moment est venu de vous parler de ma plus belle découverte dans cette trousse : la Fleur de crème corps Ekos de Natura Brasil.
Le nom est ronflant, je vous l’accorde : il s’agit tout simplement d’un beurre corporel… ou plutôt de THE beurre corporel. 

Quand j’ai reçu ces produits, je n’avais jamais utilisé de beurre corporel en tant qu’hydratant corps et je n’avais d’ailleurs jamais entendu parler de la marque Natura Brasil non plus (depuis, la blogo s’est chargée de corriger mon incurie, heureusement) : j’étais donc tout à fait impartiale pour démarrer ce test.

La Fleur de crème corps se présente dans une boîte ronde en plastique épais très pratique : j’aime bien ce système d’ouverture tout simple qui se dévisse, ça me rassure. J’ai l’habitude de serrer le couvercle à mort pour être sûre que le produit soit bien hermétique (je l’ai trop apprécié pour risquer d’en faire tomber ou pire, qu’il dessèche !).

Le packaging du produit est  simple et sobre mais toutefois élégant et attractif, si ce n’est la couleur marron qui ne fera pas forcément l’unanimité. Le pot est rechargeable, ce qui correspond tout à fait à  l’esprit de la marque Natura Brasil, qui élabore ses produits selon les principes du développement durable : pas d’utilisation d’emballages superflus et suivi d’un « programme pour la certification de fournisseurs de produits forestiers ». Autre bonne nouvelle : leurs cosmétiques sont garantis sans parabènes et sans conservateurs et ne sont pas testés sur les animaux.

Pour ma part, l’esprit de la marque ainsi que son identité visuelle m’ont séduite. J’ai pris par la suite beaucoup de plaisir à feuilleter leur catalogue virtuel sur leur site, les produits étant mis en valeur par de très belles photos.

L’utilisation de la Fleur de crème corps est des plus agréable : le beurre de Cacau sent très bon, l’odeur est gourmande, absolument pas écœurante, ni envahissante. Elle perdure plusieurs heures sur la peau.

Les performances d’hydratation sont assez exceptionnelles : la peau est vraiment nourrie. La texture du beurre corporel, qui pourrait paraître grasse de prime abord et que je redoutais un peu, ne l’est en fait pas du tout et s’élimine très bien sur les mains en les passant à l’eau savonneuse. Le beurre demande à être massé quelques minutes pour bien pénétrer la peau, il faut donc avoir un peu de temps devant soi pour l’appliquer : il y a un coté « soin » que j’apprécie aussi ici avec ce produit.

Le seul problème, c’est que j’ai tellement aimé ce soin que j’ai eu tendance à me servir un peu trop généreusement dans le pot : il est donc descendu  rapidement. Mais je me suis déjà consolée avec un autre produit Natura Brasil, une gelée hydratante pour le corps que je n’ai pas encore commencé à tester et qui figurait dans la dernière trousse Modes & Travaux.

Il est rare qu’une marque et qu’un produit me plaise autant au premier abord. J’ai d’ailleurs du mal à lui trouver un point négatif (à part peut-être son prix – 25,50 € le pot de 200 ml - et encore, je le trouve justifié par rapport à la qualité du produit et à la démarche environnementale de la marque).

J’envisage de continuer à découvrir un peu plus cette marque à l’avenir, en achetant une crème hydratante pour les mains par exemple.

La Fleur de crème corps Ekos est en tout cas un produit que je vous conseille pour un véritable soin sensoriel gourmand. Pour ma part, ce produit figure désormais parmi mes préférés.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 7 juin 2012

Pères et fils de la galaxie, créez votre super vaisseau LEGO® et gagnez-le pour la Fête des Pères ! (sponso)

A l’occasion de la Fête des Pères, LEGO® propose à tous les papas de partager un moment inoubliable avec leurs fils autour d’un défi de construction !

Un concours, ouvert depuis le 4 juin 2012, permet aux pères et à leurs fils de construire le vaisseau de leurs rêves, inspiré de l’univers LEGO Star Wars™, directement sur le site www.fetedesperesetfils.fr.

Leurs créations sont ensuite soumises aux votes du public : pour augmenter leurs chances de gagner, il suffit de partager leurs constructions, en invitant leurs amis sur le site !

LEGO offrira au duo père-fils, ayant récolté le plus de votes, son propre vaisseau, produit en un exemplaire unique et livré dans une boîte personnalisée !
 
Les binômes ont jusqu’au 17 Juin minuit, soir de la Fête des Pères, pour construire leur vaisseau et le soumettre aux votes.

Il faudra beaucoup de complicité et de créativité pour que les papas et leurs fistons apprennent ensemble à maîtriser la Force et aient une chance de remporter le concours !

Que la Force de la créativité soit avec vous ! 

Billet sponsorisé.



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 6 juin 2012

My Bi's

Cet article n’a rien à voir avec Men In Black… à part si Will Smith décide de s’y montrer en sandales !

Car ce sont bien de sandales dont il s’agit ici : je vais vous parler d’un coup de cœur que j’ai eu l’année dernière, à la suite d’un reportage diffusé dans « Envoyé Spécial » sur France 2, pour les sandales Birkenstock.

Avant de découvrir cette marque et leurs produits, je trouvais que les sandales et autres claquettes, ce n’était vraiment pas glamour. Et puis, on a forcément tous croisé un spécimen de ce type un jour, pour achever de nous convaincre :


Je regarde régulièrement Envoyé Spécial, ça fait partie des émissions qui me donne l’impression de me coucher moins bête. Et puis,  je trouve que les escarpins que portent les deux présentatrices de l’émission sont bien souvent top.

Je suis donc tombée l’été dernier sur un reportage très estival qui portait sur les sandales de l’été. Je connaissais déjà le style « tropéziennes » que j’aime beaucoup mais pas du tout la marque Birkenstock. Et franchement, j’ai adoré. A tel point que je m’en suis commandée une paire en soldes quelques jours plus tard, celle-ci :

Si vous croisez quelqu’un qui les porte, c’est peut-être moi :-)

J’ai été totalement conquise par le confort qu’elles apportent, grâce à leurs semelles ergonomiques, mais surtout par la variété des modèles et des coloris proposés. On est loin des sandales de grand-père ! Elles ont un côté fun que j’aime vraiment beaucoup. 

Ce qui a achevé de me convaincre, ce sont les interviews dans le reportage de quelques « Birk' addicts » qui en possédaient plusieurs paires et qui déclaraient qu’elles étaient inusables. Vous commencez à me connaître, un oursin vit dans mon porte-monnaie, donc pour le coup, le fait de savoir que ces sandales ont une durée de vie assez longue, ça lui a fait plaisir.

Et mon achat commence à faire des émules : papa est occupé s’est payé sa première paire cette année et je me demande si je ne vais pas équiper aussi les enfants. J’ai repéré quelques modèles d’ailleurs sur le site www.nos-sandales.com, boutique officielle de Birkenstock en France, que je trouve vraiment très bien pensée : celles-ci pour mon  grand


et celles-là pour ma princesse.

Je n’exclue pas non plus de compléter mon placard à chaussures à l’occasion des soldes avec un ou deux modèles supplémentaires. Celui-ci me fait de l’œil :


ainsi que l’un des modèles les plus portés de la marque, les célèbre Madrid :

Pour ma part, je les porte à la maison, elles me font office de pantoufles pour l'été. Elles ne me quittent pas le week-end, de la maison au jardin ! Elles sont pratiques, pas besoin de changer de chaussures pour passer de l’intérieur à l’extérieur et vice-versa. Mes Birks sont donc venues remplacer ma paire de tongs Puma hors d’âge – z’avez remarqué comme je suis glamour en mode domestique ?

Quand je ne peux pas les porter – merci le froid – j’ai du mal à retrouver une paire de pantoufles normales car je me suis habituée à leur confortable semelle… Du coup, je crois que pour l’hiver, je vais être obligée de continuer à les porter… avec des chaussettes, à l’allemande !

Et vous, les Birks, vous aimez ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 4 juin 2012

Revue Betrousse Christmas Beauty : le concentré anti-âge Aqualine de Phyderma

La semaine dernière, le concentré anti-âge Aqualine de Phyderma a rendu son dernier pschitt : le moment est donc venu de donner mon avis sur ce produit.
 
Le flacon est petit, en verre dépoli : je le trouve plutôt joli et élégant. Il permet une bonne prise en main et le bouchon en plastique est bien hermétique.

Ce que je n’aime pas du tout par contre, c’est son diffuseur. Le design rappelle un galet, j’imagine en clin d’œil au fait que ce soin soit à base d’algues marines. Je trouve ce galet très kitsch, déjà, mais surtout absolument pas pratique. Quand vous appuyez dessus, il n'est pas très stable, du coup vous avez l’impression qu’il va se casser et quand le jus sort, il y a à peu près une chance sur deux pour qu’il arrive sur votre main ou au choix : sur le mur, sur la porte de la salle de bains ou sur le sol. Ce diffuseur me fait l’effet d’être un gadget bon marché, or, au prix auquel est vendu ce soin (29,90 € les 50 ml), ça ne donne pas une bonne image de la marque.

J’ai appliqué ce soin matin et soir, avant ma crème habituelle. Son utilisation n’est pas pratique car ce soin est assez liquide et a tendance à glisser entre les doigts. Il apporte néanmoins une grande fraicheur à l’application et s’étale très facilement, avec un parfum marin plutôt sympa.

Et là, ça devient un peu étonnant : il pénètre d’un seul coup dans la peau, qui finit par être rêche sous les doigts. Cette sensation n’est pour autant pas désagréable : ce soin nécessite tout simplement l’application d’une crème hydratante tout de suite après... et un lavage soigné des mains car le soin laisse bizarrement sur les doigts une odeur marine, plus connotée « poisson » qu’« embruns »…

Son action – qui ne figure ni sur le flacon, ni sur l’emballage car il n’y en avait pas mais que j’ai trouvé sur leur boutique en ligne – était pourtant alléchante : l’actif anti-âge de ce soin permet de stimuler l’hydratation de la peau, de relancer la synthèse du collagène, réduisant ainsi les signes du vieillissement cutané, grâce notamment à la présence d’acide hyaluronique, et ainsi de retrouver une peau ferme et souple.

Je ne connaissais pas du tout cette marque avant de la recevoir dans ma Betrousse mais ce produit ne m'a pas convaincue. Il est vrai que ma peau était bien hydratée et bien souple pendant l’utilisation de ce soin mais le conditionnement et le parfum sont à revoir, ce sont deux problèmes majeurs, à mon sens.

Je conclus en souhaitant une bonne fête (en retard) à toutes les mamans qui me lisent !
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 1 juin 2012

Rubrique nécrologique de mai

La rubrique nécrologique d’avril fut brève : c’est pourquoi celle de mai est beaucoup plus fournie !

1er cadavre : le déodorant Ushuaia à la pulpe de Grenade des Açores


Voilà un déodorant que je rachetais systématiquement il y a encore un an et pour cause : c’était le moins cher de mon hypermarché. Les offres promotionnelles m’ont depuis permis de varier un peu entre les marques mais il est quand même légitime que je vous parle de lui, après tant de rachats successifs.

Il s’agit d’un déodorant au prix abordable et qui dure longtemps, un peu plus que les autres. Son parfum fruité est assez prononcé, je pense que c’est la raison pour laquelle on a la main moins lourde avec lui. Il aurait même tendance à sentir un peu fort et à se mélanger au parfum.

Je le classe dans les premiers prix mais pas parmi les meilleurs : il pique après le rasage !

Je ne pense pas le racheter dans l’immédiat, je l’ai un peu trop senti l’année dernière, je suis en overdose.

Prix : 3 ,55 € les 200 ml.

2ème cadavre : le gel douche Tahiti à la fleur de passion

J’ai retrouvé ce flacon qui dormait depuis plusieurs mois dans le placard. Son parfum est très agréable, sa mousse est légère et facile à rincer. Il laisse la peau douce. Il n’y a pas de doutes, c’est un bon produit.

Son gros problème se place au niveau du packaging et du bouchon–clapet qui se replie sur lui-même. C’est un peu la marque de fabrique de Tahiti puisqu’il n’y a que chez eux que l’on trouve ce système. Il serait pourtant bien temps de le changer car la modification récente ne résout rien : même avec un clapet plus long, l’eau continue de s’infiltrer par l’intermédiaire du bouchon et il reste donc toujours un peu de liquide sur la surface du gel douche. Du coup, quand vous vous servez, vous prenez sur vous ce reliquat d’eau froide, datant de la précédente utilisation. Ce n’est pas agréable et surtout pas très clean.

Je ne pense pas le racheter, à cause du bouchon justement. Dommage, les parfums valent le coup.

Prix : 2,50 € les 250 ml.

3ème cadavre : le shampooing très doux Mixa Bébé

Voici ma madeleine de Proust ! Ce shampooing n’a quasiment pas changé depuis que ma mère l’utilisait pour moi ! Son parfum typique est toujours symbole de propreté et d’enfance, seul le bouchon a été modifié : il n’est pas plus pratique pour autant car il reste toujours un peu de produit qui coule le long du flacon en refermant le bouchon.

Sa couleur « urine » caractéristique n’a pas changé et le shampooing fait toujours preuve d’une très grande douceur pour les cheveux mais aussi pour mes mains (c’est moi qui savonne les têtes chaque soir !). Et il ne pique pas les yeux des enfants !

Les cheveux sentent durablement bon et se démêle très facilement.

J’ai décidé de l’adopter définitivement pour les cheveux des enfants. Je l’ai d’ailleurs déjà racheté (car en plus il n'est pas cher) !

Prix : 2,16 € les 250 ml.

4ème cadavre : la douche soin fondante nourrissante de Mixa Bébé

Ce gel douche est une très bonne acquisition. Son flacon familial dure longtemps et son bouchon est le plus pratique que je connaisse : le système a été pensé de telle façon que, lorsque vous refermez le bouchon clapet, rien ne coule, ou plutôt si mais à l’intérieur du flacon. Je dis que Mixa devrait adopter ce bouchon et cette contenance pour le shampooing cité juste au-dessus.

L’odeur est très agréable, légèrement cacaotée. La peau est très douce et vraiment bien hydratée : il convient donc sans problèmes aux peaux sensibles et très sèches, grâce à sa base lavante au Ph neutre et au lait hydratant qui l’enrichit. En plus, il est hypoallergénique et ne contient pas de parabènes.

La crème douche est suffisamment épaisse pour rester dans la paume de la main et mousse abondamment, tout en s’éliminant très bien au rinçage. Il peut aussi faire office de bain moussant.

Ce gel douche peut convenir à toute la famille : vu le stock que j’ai, je n’exclue pas d’en piquer un peu aux enfants…

Prix : 6, 25 € les 750 ml

5ème cadavre : Douche crème Fa soie & magnolia

Encore un gel douche dont je n’ai pas vu le flacon se vider ! C’est vrai que sa texture est plus crémeuse que d’autres gels douche : du coup, on a tendance à se servir plus généreusement qu’avec d’autres flacons.

Le fait que cette crème soit plus épaisse que d’autres pose également un autre problème : elle a tendance à être un peu trop compacte et à échapper des mains pour échouer par terre, dans le bac de douche. C’est pourquoi ce produit ne fait  pas partie de mes favoris.

Son parfum est pourtant original, un peu musqué (« sensuel » comme dit la marque), et la texture nacrée de la crème douche est plutôt agréable à l’œil. Il se rince également très bien et le flacon rose est plutôt girly.

Mais pour le coup, la crème douche qui s’écrase par terre, pour moi, c’est rédhibitoire : c’est du gâchis et c’est dangereux car ça rend le sol glissant. Donc, je ne rachèterai pas.

Prix : 2 € les 250 ml

6ème cadavre : déodorant Narta invisible fraîcheur pure

Terminé hier : in extremis pour ce billet !

C’est un bon basique parmi les déodorants : il est efficace, même par des chaleurs estivales, il sent bon mais il sait rester discret.

Je n’ai recensé aucune trace blanche et pourtant, mon placard regorge de tops noirs : il tient donc ses promesses. A noter que je l’ai utilisé après m’être rasée et qu’il ne m’a causé aucun picotement désagréable, lui.

Il est un peu plus cher que les autres mais c’est justifié selon moi car c’est une valeur sûre.

Je le rachèterais à l’occasion car il est sobre mais efficace.

Prix : 4,31 € les 200 ml
Rendez-vous sur Hellocoton !