jeudi 14 juin 2012

Juste vivant

Il y a des petits bonheurs dans la vie d’une maman, des pincements au cœur remplis de joie et de fierté. C’est ce que j’ai ressenti quand mon fils m’a ramené les invitations qu’il avait reçues pour l’anniversaire de trois de ses copains.

Mon fils, ce grand garçon, avec ses grands gestes désordonnés et pas toujours bien calculés, si sensible malgré ses airs de dur, avec son appétit de vivre et son tempérament infatigable… est invité à une fête d'anniversaire.

Vous allez vous me demander pourquoi je m’extasie sur une banale invitation d’écolier : c’est que pour moi ces invitations, elles veulent dire beaucoup plus que ça.

Être invité à un anniversaire, c’est avoir une vie sociale. Et pour un enfant que l’on regardait il y a encore quelques mois comme un hyperactif en puissance, pour lui qui est malheureusement parfois si brusque dans ses gestes et dans sa relation avec les autres, c’est une grande victoire.

Je revois la tristesse dans ses yeux l’année dernière lorsqu’il osait à peine nous avouer sa difficulté à avoir des copains et toute sa peine contenue, sans compter cette peur, toujours latente, d’être différent et d'être mis à l'écart.

Je repense aussi à son appréhension le jour du rendez-vous avec la psychologue scolaire et son soulagement quand il m'a aperçue de loin, ce jour-là.

Alors, être invité par un copain, et qui plus est par 3 copains différents, c'est être apprécié de ses camarades et faire partie d’un groupe et je mesure comme cela est important à ses yeux.

J’ose croire que les efforts considérables qu’il a fournis ces derniers mois pour améliorer ses résultats en classe et pour que la maitresse soit fière de lui n’y sont pas étrangers non plus. Ça lui fait tellement de peine de ne pas réussir, il s’en veut tellement.

Et j’ose même envisager que nos encouragements, ceux de papa est occupé et les miens, lui ont permis une réelle prise de conscience de ses capacités et une meilleure confiance en lui, encore très fragile mais qui ne demande qu’à fortifier avec le temps.

Voilà pourquoi aujourd’hui je suis heureuse pour mon fils, pour ce chemin qu’il a parcouru, avec notre soutien certes mais qu’il n’aurait pas pu accomplir sans sa propre volonté et son propre engagement.

Je veux être sereine en cette fin d’année scolaire et croire que tout ne peut que bien se passer l’année prochaine, en CP. Je sais déjà qu’il fera de son mieux et que nous le soutiendrons.

Et puis je suis heureuse aussi quand je repense à toutes ces mauvaises langues… Non, un enfant très actif n’est pas forcément hyperactif… Il n’est pas différent… Il est juste vivant….


Rendez-vous sur Hellocoton !

17 commentaires:

  1. Oh je ne comprends que trop bien ! Quelle jolie victoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me lire régulièrement... Heureuse de te revoir parmi nous !

      Supprimer
  2. jadore cet article !!
    un enfant normal quoi!! avec nos inquietudes de mamans aussi!
    bises

    RépondreSupprimer
  3. Ils font chier avec leur clichés des petites filles modéles. Ils bougent les gosses, certains plus que d'autres, c'est tout. On a avait été convoqués par la maitresse en CE1 ou 2 car il foutait le bordel en classe. Ben oui, classe à 2 niveaux, quand t'as finis ton travail avant tout le monde, ben le mien foutait le bordel... Elle m'a demandé d'aller voir une psychologue en me disant qu'il y avait un souci... Je lui ai surtout dit de l'occuper. 2ème convoc. Je vais voir la pédiatre qui était folle de rage. Mon gamin adorait faire le clown et faire rire ses copains, c'est tout. Alors qu'il était fermé avec sa maitresse 1 heure avant, il était tout sourire avec la pédiatre... Convoc 3 : mon mari lui a dit que là, ça commencait à bien faire et que Thomas sentait qu'elle lui en voulait et qu'il le vivait mal. Elle s'est remise en question et on a finit l'année tranquille. Avec le second, nickel. Et là, elle a du mal avec n°3 mais elle nous le dit vite fait, sans nous convoquer ! Certains ont besoin d'un peu de temps et d'aide, c'est tout, laissons les vivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laissons les vivre leur jeunesse : ils auront bien le temps d'être sérieux !

      Supprimer
  4. Je suis comme toi, je suis toujours très inquiète pour la vie sociale de la Pouillette et je suis ravie à chaque invitation! Pourtant elle n'a aucun souci pour se faire des amis, c'est plutôt moi qui en avait, enfant, et du coup je ne veux pas de cette souffrance pour mes petits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que l'on projette ses propres craintes et ses propres blessures sur ses enfants, effectivement.

      Supprimer
  5. Aaargh, ça m'énerve ces clichés du "gosse hyperactif", dès qu'ils bougent un peu trop ou sont trop bruyants ça em...le monde. Mes 3 enfants ne sont pas "hyperactifs", ils sont très actifs^^, faut dire qu'ils tiennent de leur maman et les chiens ne font pas des chats. Ceci dit, ils n'ont aucun problème d'intégration (faut croire que ce sont les adultes que ça gêne le plus - où est passée leur âme d'enfant?).
    Quoiqu'il en soit, je préfère nettement voir mes enfants se salir et sauter dans tous les sens que de les voir malades!
    Allez va, on fait ce qu'on peut de toute façon mais quand il y a de l'amour, ça ne peut qu'aller :-) Preuve en est avec les 3 invit de ton ti bonhomme :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, de l'amour, il n'en manque pas ;-)

      Supprimer
  6. Ravie de lire que les choses vont dans le bon sens pour ton fils, et ton article donne une belle illustration de l'article récent que j'ai publié sur le même sujet (Il bouge trop. Hyperactif ??)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai lu. Ton avis de professionnelle sur le sujet est intéressant.

      Supprimer
  7. Je sens que ça va me faire stresser tout ça ;)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai beaucoup aimé lire ton post plein de tendresse pour ton petit garçon, c'est important de garder ce regard positif pour encourager les enfants.
    Je lui souhaite une très belle rentrée à l'école des grands ;-)
    Bisous <3

    RépondreSupprimer
  9. Comme je compatis...Un peu le même genre de problème par ici (pas hyperactivité mais un peu dans la même veine quand même) et on est vraiment heureux pour eux quand tout se passe "normalement"...

    RépondreSupprimer