jeudi 26 avril 2012

Je n’ai pas su…

Il y a des moments comme ça où tu te dis que tu as une sacrée chance… mais où tu aimerais aussi pouvoir revenir en arrière de quelques minutes et refaire la prise.

Il fait froid, il va pleuvoir, je sens d'ailleurs quelques gouttes qui commencent à tomber sur mon visage. J’attends mon fils à la sortie de l'école. Ma fille a lâché ma main et s’amuse à ruiner ses chaussures en sautant dans les flaques.

La maman d’une camarade de classe de mon fils à côté de moi entame la conversation. Il fait un temps de chien pour un mois d’avril. C'est triste, avec les vacances scolaires qui approchent. Oui, c’est ma fille. Oui, j’ai deux enfants. Elle en a quatre. Elle m’annonce que son plus jeune fils est hospitalisé depuis quelques jours. Il vient d’être opéré du cœur : ça s’est bien passé. Par contre, son opération du foie s’annonce mal. Il est très probable qu'il ne survive pas. Il a 9 mois. Sa fille est triste, elle ne comprend pas bien la situation et pleure beaucoup. Est-ce que j’ai remarqué que sa fille pleurait beaucoup ces temps-ci ?

Non. A ce moment-là, je me sens comme si j'avais pris un uppercut en pleine figure. Je suis physiquement présente mais mon cerveau est sur pause.

Je surveille ma fille machinalement pour qu’elle ne s’éloigne pas. "Non, ne monte pas sur le banc, tu peux tomber". Je marche à l’instinct, j’ai la tête vide. Je ne sais plus quoi dire. Je ne trouve pas les mots. Ceux de circonstance. Ceux qui consolent. Ceux que l’on doit dire à une mère qui va perdre son enfant.

Mon fils arrive : je l’embrasse. J’articule la question habituelle, sans conviction : « Ta journée s’est bien passée ? ». Je prends la main de mes enfants : il commence à pleuvoir un peu plus fort. Je dis au revoir à cette maman. Elle me dit bon week-end. Je n’ai même pas la présence d’esprit de lui souhaiter bon courage.

Nous prenons le chemin du retour. Cette conversation me hante. Je repense à ses mots, à ma surprise, à mon attitude bête et inacceptable. J’aimerais pouvoir retourner en arrière, trouver quelque chose à dire à cette maman. Je ne m’attendais pas à cette annonce, je n’avais pas préparé de réponse, si tant est que cela soit possible de trouver des mots justes dans ces cas-là.

Des images défilent dans ma tête. J’imagine cette maman toute frêle au chevet de son fils, dans une chambre d’hôpital impersonnelle. Je me demande dans quel état nerveux je serais à sa place. Je repense à son calme apparent et à sa résignation. Je n'ose même pas imaginer sa souffrance mais j'admire sa force.

Je me repasse la conversation dans ma tête. Je me sens nulle. Je n’ai pas su… 



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 18 avril 2012

Avec Rogé tout est fini…


Les meilleures choses ont une fin, c'est bien connu : j'en suis arrivée à ce triste constat avec le gel moussant purifiant Sebactiv Rogé Cavaillès.

Pourtant mon histoire d’amour avec lui avait bien commencé. J'ai eu immédiatement le coup de foudre en le voyant dans un magazine, depuis le temps que je l’attendais : enfin un gel nettoyant pour peaux adultes à imperfections  !

Ni une, ni deux, j’ai délaissé mon Cleanance d’Avène et j’ai invité Rogé à venir chez moi (enfin, il n’est pas venu gratuitement, il m’a coûté environ 10 € en parapharmacie mais cela reste tout à fait raisonnable).

Son flacon m’a tout de suite séduite, avec son plastique bien épais et une belle couleur bleue azur. La pompe s’actionne très facilement : je n’ai jamais eu aucun raté à déplorer, une pression sur sa pompe a toujours suffit à me délivrer la juste dose. En plus, il a le sens pratique avec son corps transparent qui permet de prévoir son renouvellement.

A l’usage, sa texture gel est très agréable à appliquer sur la peau. La couleur bleue devient blanche et laisse votre visage et votre cou pleins de mousse mais celle-ci est très facile à rincer.

Pendant plusieurs mois, ce gel moussant m’a totalement comblée : une peau purifiée, nette et une grande sensation de fraîcheur après l’utilisation. Concernant son efficacité, le bouton mensuel (ou plutôt menstruel) est revenu régulièrement, de préférence la veille d'une importante réunion de travail ou d'une cérémonie mais pas forcément chaque mois. Les points noirs par contre se sont faits plus rares.

Je peux donc dire que ce gel a tenu ses promesses qui consistaient à – je cite – « réduire et limiter l’apparition, au fur et à mesure des utilisations, de l’excès de sébum et des imperfections, grâce à l’action combinée de la bardane (plante dont on utilise la racine pour traiter les affections cutanées telles que l’eczéma et l’acné) et du phycosaccharide (aux propriétés anti-inflammatoires). »

Quand j’ai lu qu’en plus ce gel était garanti sans parabènes, ce fut l’extase. Il est noté également qu’il est non-comédogène : pour un produit censé combattre les imperfections, c’est tout de même préférable.

Et les jours ont passé : j'avais recours à Rogé deux fois par jour, le matin et le soir. Après l’avoir utilisé, j’ai toujours plus ou moins constaté que la peau de mon visage tiraillait un peu mais une bonne crème hydratante venait réparer tout ça et cette faiblesse était vite oubliée… Et puis, avec le temps, cette sécheresse est devenue de plus en plus difficile à supporter, d'autant plus que d'autres produits sont disponibles et pourraient se révéler moins agressifs pour ma peau …

J'ai donc décidé de réagir en mettant un terme à notre histoire car je vis cette sécheresse comme une déchirure qui ne peut me permettre de continuer à l’aimer (non, je ne regarde pas les Feux de l'Amour, c'est pas vrai).

Notre histoire s’était pourtant renforcée, avec chez Rogé une certaine tendance à l’embonpoint quand il est passé au format 500 ml,  mais cette situation inconfortable ne peut raisonnablement plus durer.

Je vais donc le finir et je n’irai pas le rechercher. Je n’ai pas encore trouvé son remplaçant mais j’ai déjà la tête ailleurs et je me sens prête à vivre de nouvelles expériences… 

Et vous, avez-vous déjà vécu des histoires semblables ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 17 avril 2012

Vas-y, fais une grimace, c’est permis ! (article sponsorisé)


Aujourd’hui, je vais faire le bonheur des parents qui conduisent et qui se demandent bien pourquoi tous les automobilistes qu’ils croisent les regardent d’un air féroce ou amusé et qui s’aperçoivent, mais un peu tard, que leur progéniture fait des grimaces à l’arrière de la voiture…

Je vais vous consoler, pauvres parents qui vous êtes déjà trouvés dans ce grand moment de solitude … car le site www.nosjuniors.com organise actuellement l’édition 2012 du concours de La Plus Jolie Grimace !


Le principe est simple : si votre enfant est âgé de 6 à 12 ans, photographiez-le en train de faire une grimace drôle, émouvante, que vous aurez envie de garder et de montrer tous les deux et postez-la sur le site www.laplusjoliegrimace.fr dans la catégorie correspondante à son âge : 6-9 ans ou 10-12 ans.

Un jury se prononcera sur votre chef d’œuvre mais vous pourrez également booster votre compteur de votes en demandant à vos proches de voter pour votre photo : un tirage au sort récompense les votants !

Le concours est ouvert depuis le 2 avril 2012, il dure 3 mois et chaque mois les compteurs de votes sont remis à zéro.

J’en arrive au plus intéressant : les cadeaux !

Le jury récompensera chaque mois une grimace par tranche d’âge ainsi que la photo ayant récolté le plus de votes par des cadeaux offerts par Radis & Capucines, Du Pareil au Même et Graine2éditions.

A l’issue des 3 mois, une grande finale, qui aura lieu à Paris au cours d’une après-midi familial, récompensera les 3 plus jolies grimaces parmi les finalistes qui recevront, par ordre de rang :
  • un séjour en colonie de vacances Telligo,
  • un chèque-cadeau Du Pareil au Même d’une valeur de 150 € 
  • un séjour en famille dans la salle de jeux rénovée La tête dans les nuages
Pour ma part, j’ai déjà choisi la grimace que j’aimerais voir gagner mais malheureusement elle est hors-concours. Je la partage quand même, pour le plaisir comme dirait Herbert :


 Article sponsorisé par :


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 12 avril 2012

Wish list Happy Prices Okaidi

Je me suis aperçue en passant devant leur magasin qu'Okaidi proposait actuellement et jusqu'au 23 avril 2012 une sélection de vêtements et accessoires à prix réduits (je n'ai pas reçu leur traditionnelle alerte e-mail, allez savoir pourquoi).

Je n'ai pas résisté à l'envie de vous proposer une petite wish list.

C'est parti pour la sélection fille :

T-shirt à col boutonné à - 50 % - à partir de 2,97 € au lieu de 5,95 €
Jupe en toile surpiquée à - 50 % - à partir de 8,97 € au lieu de 17,95 €

Baskets montantes en toile à - 30 % - à partir de 16,06 € au lieu de 22,95 €


Et la sélection garçon pour finir :

T-shirt rayé bicolore à - 50 % - 3,97 € au lieu de 7,95 €

Bermuda long cargo en toile à - 50 % - à partir de 11,47 € au lieu de 22,95 €

Baskets basses en toile à - 50 % - à partir de 12,47 € au lieu de 24,95 €

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 11 avril 2012

Comme qui dirait emprisonnée

Lorsque tu es enceinte ou que tu t’apprêtes à le devenir, il y a beaucoup d’aspects de la grossesse dont on évite de te parler : j’ai déjà abordé quelque peu le sujet ici http://maman-est-occupee.blogspot.fr/2012/02/des-histoires-de-bonnes-femmes.html

Par exemple, personne ne s’étend sur le fait que tu vas devoir aller passer quelques jours aux frais de l’assurance-maladie à la maternité.
photo : www.chambe-aix.com
Vous avez remarqué comme ce mot sonne gentiment aux oreilles : « maternité » c’est de la même famille que « maternelle », « mère »… Tout ça évoque la douceur, pas vrai ? Oui… parlons-en, tiens….

J’ai eu le plaisir d’être logée et nourrie deux fois par l’assurance-maladie. J’y suis allée un peu naïvement la première fois : j’ai même demandé à être hospitalisée, étant en dépassement de terme ! Du coup, je suis restée 9 jours à la maternité…

La deuxième fois, du coup, j’ai vraiment attendu le dernier moment pour y aller, parce que quand tu as goûté une première fois au séjour spécial accouchement, tu hésites avant d’y revenir… Je suis donc arrivée à la maternité tardivement : j’ai accouché 5 heures plus tard. Ça ne m’a pas empêchée d’y rester 5 jours et encore, j’ai gratté une journée après une négociation serrée avec mon gynéco…

Pourtant, il n’y avait aucune raison pour que ces deux séjours se passent mal : je suis d’une nature plutôt accommodante, absolument pas du genre à faire des remarques ou à me rebeller et puis, j'étais là pour accomplir le miracle de la vie, pour vivre un moment heureux quoi...

C’est que mon premier séjour m ‘a clairement vaccinée. Aujourd’hui, grâce à ce billet, je peux enfin crever l’abcès et partager mon expérience.

Parce que le séjour à la maternité, ça n’a rien d’agréable (en tout cas, c’est mon avis). La simple idée d’y retourner pour un troisième enfant pourrait me faire réfléchir deux fois avant d’en avoir un, c’est dire.

Pour résumer simplement, j’ai vécu mon séjour là-bas comme si j’étais emprisonnée… Sauf que je pense que tu y es plus tranquille... en prison.


Parce qu’en détention par exemple, on ne te répète pas à longueur de journée : « Reposez-vous, Madame, profitez de votre séjour » alors que l’on vient allumer sans prévenir le néon à 6h du matin pour te réveiller… sans penser un seul instant que tu as peut-être passé une bonne partie de la nuit à tenter d’endormir ton bébé et que là, pour le coup, tu es un peu beaucoup, comment dire... rincée.

Je ne pense pas non plus qu’en prison, quelqu’un fasse irruption dans ta chambre environ toutes les demi-heure pour au choix : prendre ta température, faire le lit, faire le ménage, t’aider à faire la toilette du bébé, t’apporter ton repas, emmener le bébé pour un examen, te faire des soins… la cerise sur le gâteau : le pédiatre s’est pointé le jour de la naissance de mon fils pour la visite à… 20h30 ! alors que mon fils dormait à poings fermés et que je n’avais pas dormi plus de 2 heures d'affilée en deux jours. Je ne m’étalerais pas plus sur le sujet, le pédiatre mérite largement un billet à lui tout seul....

Là où la maternité ne présente aucune différence avec la prison, c’est peut-être pour la nourriture : jambon au goût d’eau, légumes sans assaisonnement, riz et pâtes trop cuits ou pas du tout, quiche lorraine qui n’a jamais vu d’œufs de sa vie… Je ne vous parle pas de l’horaire des repas, surtout le soir : 18h30 ! A la maison, j’en suis même pas à l’apéro à cette heure-là ! ;-)

Pour résumer, au cours de mes deux séjours, je n’ai eu qu’une hâte : rentrer chez moi ! Je peux vous dire que j’ai apprécié de retrouver mes habitudes et mon confort.

Et vous, les mamans, quels souvenirs de la maternité ? Séjour reposant ou plutôt pénitentiaire ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 3 avril 2012

Rubrique nécrologique de mars


Comme le mois dernier, je vous propose un bilan des produits de beauté que j’ai éclusés au mois de mars.

1er cadavre : le gel douche Fa Nutriexpert à la Baie d’Açai
Commençons par un petit point de vocabulaire concernant la baie d’Açai : comme j’ignorais ce que c’était, j’ai fait des recherches sur Internet et il s'avère que la baie d’Açai est le fruit du palmier Açai, qui pousse en Amazonie et dont on connait déjà le palmito, ou cœur de palmier, que l’on mange. Cette baie est une source importante de phytonutriments, d’acides aminés essentiels (les omega), d’oligo-éléments, de vitamines et de minéraux, notamment. Quand j’ai lu sur l’emballage que ce gel douche contenait 7 nutriments soin, j’ai fait le lien.

Ce gel douche est celui de la gamme Fa que j’ai préféré jusqu’ici : son parfum est fleuri mais léger, sa texture crémeuse s’applique bien et apporte une bonne hydratation à la peau tout en se rinçant parfaitement. 

Le flacon est joli, il ne glisse pas des mains sous la douche et son bouchon est pratique.

Décidément, il n’y a rien à redire, même pas sur son prix.

Je le rachèterai sans aucun doute.

Contenance : 250 ml – prix : 1,95 € en grandes surfaces.

2ème cadavre : le mascara L’Oréal Cil Architecte Carbon Black


Je crois que j’ai trouvé mon mascara, celui qui convient parfaitement à mes cils. C’est simple, je n’ai rien à lui reprocher. J’espère simplement qu’il est toujours commercialisé mais il semble que ce ne soit pas le cas.

Sa couleur est charbonneuse à souhait et sa brosse convient parfaitement à mes cils. Que ce soit en termes de volume, de courbe ou d’allongement, le résultat est top. La tenue est parfaite, une couche étant largement suffisante au début du flacon, deux quand il commence à arriver vers la fin.

Ce mascara me manque déjà, d’autant plus que j’utilise actuellement un échantillon d’Yves Saint-Laurent qui me semblait très prometteur et qui finalement me déçoit (au début, la brosse me faisait mal lorsqu’elle passait sur mes cils, une première !). C’est vous dire comme mon Cil Architecte me manque. Je n’ai plus qu’à croiser les doigts pour qu’il soit encore commercialisé.

Contenance : 8 ml – prix : environ 15 € en grandes surfaces, parfumeries, grands magasins (s’il existe encore !)

3ème cadavre : le Petit Marseillais douche crème hydratation intense au beurre de karité & acacia de Tunisie


J’ai un stock assez impressionnant de gels douche Le Petit Marseillais, je pense donc que cette marque va figurer encore quelques mois dans la rubrique nécrologique mensuelle.

Ce gel douche est l’un de ceux que j’aime le moins parmi les gels douche Le Petit Marseillais car je trouve que sa texture est trop épaisse : du coup, elle est plus difficile que les autres gels douche à faire sortir du flacon. Si on appuie trop fort, la crème fait « splash » et s’étale partout dans la douche sauf dans votre main. Et comme la texture est épaisse, si par bonheur la crème a atterrit dans votre main, il faut également faire attention en l’étalant sur la peau pour ne pas la laisser tomber : je me suis ainsi retrouvée deux ou trois fois à racler le fond de douche pour récupérer la crème et j’ai apprécié moyennement.

C’est dommage car cette douche crème se rince très bien et a le mérite d’être originale : son flacon transparent blanc aux tons marrons et orange est plutôt joli. Son parfum délicatement sucré, que l’on doit à l’acacia de Tunisie, est également peu commun et imprègne durablement la peau.

Pour le côté hydratation, je trouve que cette douche crème se situe dans la moyenne des autres produits que j’ai testé : elle n’est ni plus, ni moins hydratante que les autres.

Je ne pense pas racheter ce produit, d’autant plus qu’il est un peu cher.

Contenance : 250 ml – prix : 2,60 € en grandes surfaces.

4ème cadavre : le déodorant Dove Invisible Dry


Je l’ai terminé in extremis vendredi, il tenait visiblement à figurer dans la rubrique nécrologique de mars !

Je n’ai rien à reprocher à ce déodorant. Il camoufle bien les odeurs de transpiration (il a eu fort à faire avec le beau temps de ces dernières semaines, avec quasiment 15°C de différence entre le matin et l’après-midi) et son parfum poudré reste agréable et discret.

J’aime beaucoup le design du flacon que je trouve élégant et ergonomique. J’apprécie également qu’il tienne ses promesses anti-traces : je n’ai recensé aucune trace blanche sur mes tops noirs !

Le seul bémol concerne son prix qui avoisine les 3 € et que je trouve un peu élevé mais, à sa décharge, je l’ai souvent vu et acheté en promotion, donc ça compense.

Ce déodorant est une valeur sûre pour moi, je le rachèterai sans aucun doute.

Contenance : 200 ml  - prix : environ 3 € en grandes surfaces.

Voilà pour ce mois de mars 2012 !
Rendez-vous sur Hellocoton !