lundi 29 juillet 2013

Entre (nous) deux


Le radio - réveil chante à tue-tête un vieux tube des années 80…

Je me douche, la porte de salle de bains grande ouverte…

Nous prenons le petit-déjeuner en tête-à-tête avec BFM TV, le son bien audible…

Un silence apaisant règne dans la maison lorsque je rentre du boulot…

Je repasse le peu de linge issu de ma maigre lessive devant Un dîner presque parfait

Puis je prépare tranquillement le repas...

L’apéritif est servi sur la petite table du salon…

Nous dînons devant le journal TV…

Ou nous décidons, sur un coup de tête, d’aller au resto, le plus difficile étant de décider lequel…

Nous regardons un programme interdit aux – de 12 ans à 20h45…

On tire la chasse d’eau des toilettes avant d’aller se coucher…

On discute et on rigole un peu avant de dormir…

Et le lendemain, ça recommence…

Jusqu’à vendredi soir, quand les enfants rentreront de chez leurs grands-parents…





Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 24 juillet 2013

CQFS (Ce Que j’ai Failli Shopper) #4 : soldes été 2013 chez Tape à l'Oeil



Les soldes se terminent dans une semaine : l’oursin du portemonnaie va enfin pouvoir revivre !

Il est vrai que je n’ai pas été des plus raisonnables depuis le 26 juin : j’ai rhabillé mon Grand, complété la garde-robe de la Princesse, Papa est occupé s’est acheté une tenue d’été… quant à moi, je ne ferai pas l’inventaire de mes acquisitions ici : pas la peine de me faire du mal puisque le malheur est fait...

En cette période estivale, où la blogo commence à être vraiment déserte, je vous ai préparé un billet très léger avec une sélection shopping chez Tape à l’Oeil, chez qui j’ai acheté plusieurs articles pour mon Grand pendant cette période de soldes. Je me suis amusée à constituer 4 tenues, 2 ensembles garçon et 2 ensembles fille, parmi les articles encore disponibles, en taille 8 ans pour les tenues garçon et en taille 4 ans pour les tenues fille, c’est-à-dire celles portées par mes loulous actuellement.

Vous verrez que chaque tenue revient à – de 15 € l’ensemble : il y a donc encore de belles affaires à faire, je pense, et pas uniquement chez Tape à l’Oeil.

Je n’ai pas acheté ces tenues pour mes loulous mais j’aurais très bien pu – vous me direz : les soldes ne sont pas encore finies ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 22 juillet 2013

Gangnam's crème !



A moins d’avoir passé ces derniers mois au fin fond de la Laponie, où il faisait à peu près les mêmes températures qu’ici au printemps, il était difficile d’échapper à la déferlante « Gangnam’s Style » ; d’ailleurs, le « soufflé » ne m’a pas l’air complètement retombé puisque Virgin nous a proposé il y a quelques semaines une campagne d’affichage avec un chat « Psy », qui m’a bien fait rire au demeurant.

Pour ma part, je reconnais avoir encouragé les enfants à faire le cheval… et j’ai moi-même eu l’occasion de passer en mode Gangnam Style (oui, j’ai honte, j’ai fait la danse du cheval avec les enfants et je n’avais même pas bu…). Mais ce n’est pas ma seule conversion à la mode coréenne : depuis quelques semaines maintenant, j’utilise une crème anti-âge, de la marque Klairs, fabriquée à Gangnam même, que j’ai gagnée l’année dernière chez les sœurs de Juste Sublime à l’occasion de leur calendrier de l’Avent.


Comme vous le voyez, le pot n’a rien de folichon. Il ressemble même à ces vieux pots d’apothicaire que l’on peut parfois apercevoir dans les films. En plus sa couleur foncée, assez opaque, n’arrange rien à son manque de sexytude.

Vous le savez, je n’aime pas les pots. Et celui-là fait partie de ceux que j’aime le moins. En effet, il est aujourd'hui presque fini mais, comme il est profond et assez étroit en largeur, ce n’est pas des plus pratiques pour aller racler ce qui reste de crème au fond du pot. Et il n’est pas question de ne pas le terminer : l’oursin du portemonnaie veille à ce qu’il subisse un raclage en règle.

La crème est assez épaisse, juste comme il faut pour bien s’étaler. Elle ne sent rien de particulier, si ce n’est un vague relent un peu pharmaceutique, qui m’évoque encore une fois les produits que l’on pouvait trouver autrefois chez les apothicaires.

J’ai d’abord utilisé cette crème le matin puis je l’ai réservée à ma routine du soir mais elle peut être utilisée dans les deux cas sans problème : elle n’est pas grasse, vite absorbée par la peau et hydrate plutôt bien. Par contre, il ne faut pas abuser de la quantité de produit : j’ai eu parfois la main, pardon, le doigt un peu lourd et je me suis rendue compte que ma peau collait encore un tout petit peu le lendemain au réveil.

Je n’ai jamais eu l’occasion de tester des produits de soin étrangers et je ne suis pas déçue. J’étais très curieuse de voir le résultat sur ma peau d’un de ces cosmétiques asiatiques dont je ne lis que du bien sur la blogo. Je ne peux pas dire que je sois convaincue pour autant : une fois cette crème terminée, j’en reviendrai sans hésitation à mes cosmétiques habituels. D’autant plus que cette crème coûte tout de même 28,99 dollars le pot de 45 ml sur Wishtrend et que l’oursin n’est pas encore assez open pour me laisser acheter mes crèmes en dollars !

Néanmoins, il faut bien avouer que cette crème est très innovante : elle est « multitâche » dirons-nous. Elle est recommandée pour les peaux sensibles, qu’elles soient grasses, normales ou sèches, ce qui est plutôt rare. Elle hydrate, contient des vertus anti-âge, lisse la peau en resserrant les pores et la protège. Par ailleurs, Klairs est une marque engagée dont les produits bio ne contiennent ni alcool éthanol, ni parabènes, ni colorants artificiels, et qui ne teste pas ses produits sur les lapins et autres innocentes souris.

C’est toujours difficile de vérifier comme ça à l’œil nu les promesses d’une crème mais je dois dire qu’elle est assez confortable une fois appliquée. Ma peau semble d’ailleurs l’apprécier car je la trouve plutôt éclatante et raffermie après utilisation.

C’est un soin que je vous conseille de tester si par hasard vous en avez l’opportunité, ne serait-ce que par curiosité, pour voir qui existe dans les autres pays. Pour ma part, je m'en retourne à mes bonnes vieilles marques françaises.

Et pour finir, une petite danse du cheval avec Batman :
 


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 15 juillet 2013

Bref, j’ai emmené les enfants à la pharmacie…



J’aime vivre dangereusement parfois. C’est ainsi que j’ai récemment eu le malheur d’emmener les loulous avec moi chez le pharmacien… qui a eu la bonne idée d’installer un coin jeux pour les enfants dans son officine. Seulement il l'a placé au beau milieu des rayonnages généreusement garnis de produits de parapharmacie et de telle façon que l’on ne peut pas le voir lorsque l’on se trouve au comptoir. Visiblement lui aussi aime vivre dangeureusement.

Alors fatalement, la petite course vite fait bien fait pour aller chercher des médicaments pour la Princesse aurait pu virer à un grand moment de mère dépassée par les événements.

Je vous refais la scène : la Princesse a eu de la fièvre toute la nuit, elle a mal la gorge, elle se farcit une belle angine, le médecin lui a prescrit des médicaments, il faut donc aller les chercher à la pharmacie. Et comme je n’ai personne pour garder les enfants, je suis bien obligée de les emmener.


Nous arrivons donc dans l’officine, avec à l’entrée, tout de suite à gauche, le coin jeux aménagé pour les enfants. Ni une, ni deux, je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit que les loulous sont déjà installés à la petite table, installée pour eux. Je décide de leur faire confiance – oui, je suis bien naïve parfois -  et je m’avance vers le fond de la pharmacie où se trouve le comptoir, mais d’où l’on peut difficilement garder un œil sur le coin enfants, à moins de se faire un sacré torticolis.

Et bien évidemment, il y a du monde et il faut faire la queue. Je me retrouve donc à préparer l’ordonnance et ma carte vitale, tout en me démanchant littéralement le cou en arrière pour guetter ce que font les loulous, qui s’avèrent être en forme, y compris la Princesse, même avec une angine.

Arrive mon tour et comme je suis occupée à surveiller les loulous, je me rends compte que c’est à moi de parler lorsque je sens deux regards appuyés sur moi : celui du pharmacien qui attend que je me décide à avancer vers lui - un moment que je retarde au maximum car mon champ de vision sur le coin jeux va encore se réduire - et celui de la dame derrière moi qui visiblement n’a pas tellement d’humour ni de temps à perdre et peut-être même pas d’enfants.

Me voilà donc au comptoir. Le pharmacien me pose les questions d’usage par rapport aux médicaments qu’il doit me donner. Et moi, je l’écoute à peine, trop occupée à me tordre le cou pour vérifier que les loulous n’ont pas commencé à ouvrir les tubes placés à proximité et même à vérifier qu’ils sont encore dans l’officine, des fois qu’ils auraient eu l’idée de sortir sur le trottoir et de me provoquer ainsi un arrêt cardiaque.

Ce qui donne une scène plutôt comique avec des dialogues du genre :

  • Le pharmacien : « votre fille pèse combien ? »
  •  Moi : « Les enfants, faites moins de bruit ! Vous êtes un peu lourds... Hein ? Ah : 15 kg »


  • Le pharmacien : « Vous acceptez le générique ? »
  • Moi : « Repose ce tube immédiatement !... Oui, le générique, oui. »


  •  Le pharmacien : « Je vous mets une ou 2 boîtes ? Ce n’est pas précisé sur l’ordonnance. »
  •  Moi : « Non mais franchement, tu n’as rien de mieux à faire !... Mettez-moi 2 boîtes, ça m’évitera de revenir. Hein. »

L’attente est interminable mais le pharmacien arrive tout de même avec les médicaments. Je récupère le tout vite fait, sans oublier ma carte vitale, histoire d’éviter de revenir un jour et je tourne les talons vers la sortie, pressée d’aller récupérer ma progéniture.

Seulement, les loulous s’amusent visiblement très bien et ne sont pas très emballés à l’idée de rentrer à la maison. J’aggrave donc mon cas par un « On y va maintenant » désespéré mais autoritaire. Les enfants finissent par me suivre, ayant remarqué mon air qui signifie très clairement qu’il ne faut pas me chercher, là tout de suite, puis nous sortons de l'officine, sous les regards accusateurs de l'assistance, qui doivent me prendre pour une mauvaise mère, incapable de gérer ses enfants en public.

Dans l’histoire, j’ai dû perdre 2 litres de sueur – heureusement j’avais mis mon déo Nivéa anti-stress 48h, coup de pot.

J'espère néanmoins éviter à tout prix ce genre de sortie collégiale à l'avenir… ou alors nous allons changer de pharmacie.

Et chez vous : quelques moments d'angoisse du même genre à me raconter, pour que je me sente moins seule ?



Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 8 juillet 2013

Giveaway des beaux jours avec Monsavon et les Gouttes de Bonne Humeur !



Les congés scolaires ont commencé, certains d’entre vous sont déjà arrivés sur leur lieu de vacances, d’autres, dont je fais partie, commencent à y penser sérieusement et pour ne rien gâcher à cette ambiance estivale, le soleil est enfin là lui aussi – pourvu que ça dure, croisons tout ce que nous pouvons, enfin, tout en restant convenables hein ;-)

Il n’en fallait pas plus pour me mettre en joie… enfin si : il faut que je vous parle de la nouvelle gamme de gels douche Monsavon, les Gouttes de Bonne Humeur, que j’ai l’opportunité de tester depuis quelques semaines et qui furent le rayon de soleil de ma salle de bain… en l’absence des vrais.

Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter Monsavon : c’est bien simple, moi, cette marque, je l’ai toujours connue ! Et elle innove aujourd’hui avec des gels douche aux parfums inédits mais sans perdre de vue ce qui la caractérise depuis toujours : la présence de lait dans la formule de ses gels douche, qui laisse la peau bien hydratée comme il faut. D'ailleurs, moi le lait, c'est bien souvent ce qui me rebute un peu dans les gels douche : ils sont toujours un peu plus liquides et ont tendance à filer entre les doigts. Du coup, je demandais à voir...

...Et je n'ai pas eu à le regretter, car j'ai mis bien vite mes a priori de côté en voyant leur trombine ! Voyez par vous-même, c’est un vrai plaisir des yeux, on en mangerait presque :

Je vous ai fait une belle photo de famille

Ça pétille, c’est estival, ça fait du bien au moral, bref, j’en avais bien besoin ces derniers temps avec ce temps pourri.

La gamme compte 4 variétés, que j’ai toutes pu tester, grâce à la générosité de Monsavon que je remercie au passage, et dont les parfums, marqués par l’association originale d’ingrédients, sont vraiment uniques. D’autant plus uniques que Monsavon innove avec une formule enrichie en vitamine chez 3 d’entre eux et en antioxydant pour ne pas léser le dernier.


  • Le premier à y passer, ce fut le gel douche au Lait, Fruit de la passion et Framboise : le jaune à droite sur la photo. Vous avez d’ailleurs pu lire mon avis complet dans la dernière nécro de juin, puisque c’est le seul flacon que nous avons éclusé jusqu’ici. Pour moi, c’est le plus fruité des quatre : la présence de fruit de la passion lui donne un parfum très sucré, que j’aime beaucoup.

  • Le deuxième, celui que je suis en train d’utiliser actuellement, c’est le violet au Lait, à l’Orchidée et à la Myrtille. Personnellement, c’est celui que je préfère, d'autant plus que je ne le trouve absolument pas liquide (comme quoi). J’aime beaucoup son parfum de fruits rouges, que je trouve très délicat.

  • Le troisième, que j’ai juste testé pour écrire ce billet, c’est le rose, au Lait, à la Grenade et à la Fleur d’Hibiscus. C’est celui qui a le parfum le plus fleuri et le plus féminin des quatre.

  • Enfin, le quatrième, que j’ai juste testé mais pas encore fini non plus, c’est le orange, au Lait, au Kiwi et au Pamplemousse. Je trouve que c’est le plus masculin et le plus tonique, à cause de la présence de pamplemousse qui ressort bien.

Comme les autres gels douche Monsavon, toute la gamme est garantie sans paraben, sans colorant et sans phtalates.

Et parce que Monsavon a pensé à l’oursin du portemonnaie, il vend chacun de ces gels douche environ 2 € seulement (selon les distributeurs).

Maintenant que je vous ai mis l’eau à la bouche avec tous ces chouettes gels douche, je vais vous faire un petit cadeau, grâce à la générosité de Monsavon.

C’est simple, vous allez me laisser un commentaire sous ce billet avec votre pseudo et si possible une adresse e-mail où vous contacter et vous allez me dire quel gel douche vous souhaiteriez recevoir parmi les 4 que compte la gamme… et l’un d’entre vous sera tiré au sort grâce à mon copain Random.org et recevra le gel douche de son choix chez lui !

Il n’y a pas d’autre condition obligatoire à remplir pour ce concours – pas de prise de tête, il fait trop beau pour ça ! - toutefois, chaque relais supplémentaire sur Facebook, Twitter ou Hellocoton apportera une chance de plus cumulable pour le tirage au sort, à condition de me mettre le ou les liens dans le commentaire.

Le giveaway est réservé à la France métropolitaine, à raison d’une participation par foyer ; il commence dès la publication de ce billet et prendra fin le 15 juillet 2013 à 23h59. Le gagnant sera tiré au sort et annoncé ici même en édit de ce billet ainsi que sur les réseaux sociaux, où je vous invite à suivre le blog, dans les jours qui suivront.

Bonne chance et surtout, profitez bien du beau temps !

*********************************************************************************************
Edit du 16 juillet 2013 :

La personne qui pensera au blog en prenant sa douche avec son flacon de Monsavon est le numéro :



tiré au sort à l'aide de Random.org.

Bravo à Dysene !

J'attends confirmation du gel douche que tu souhaites recevoir parmi les 4 variétés que compte la gamme et transmission de tes coordonnées postales par e-mail à maman.est.occupee[at]gmail.com

J'adresse un grand merci à Monsavon pour ces gels douche vraiment tops ainsi qu'à tous les participants !



Rendez-vous sur Hellocoton !