mardi 19 mai 2015

J'ai testé les shampooings Secrets de Cécile


Depuis longtemps maintenant, je privilégie la qualité pour le soin de mes cheveux : j'ai donc banni les marques de supermarché de ma routine, après pas mal de déceptions, il faut bien le dire. Avant d'ouvrir ce blog, je n'achetais exclusivement que des marques de soins professionnels pour shampooings, le plus souvent L'Oréal Professionnel, qui reste aujourd'hui encore l'une de mes marques préférées. Mais, grâce à ce blog, je me suis un peu diversifiée et j'ai découvert d'autres marques : l'une d'entre elles est la marque Secrets de Cécile.

Tout est parti d'un communiqué de presse reçu par e-mail il y a quelques mois. Je dois vous avouer que j'ai tout de suite craqué sur les packagings des shampooings. J'ai donc pris mon culot à deux mains et contacté la marque, qui m'a fait parvenir deux "échantillons" de shampooings, que voici :


J'ai trouvé ces packagings vraiment originaux, très girly mais furieusement vintage : ce n'est pas un flacon qui passe inaperçu, sans pour autant faire cheap. J'avais donc hâte de faire connaissance avec Cécile, qui est en fait le prénom de la maman du créateur de la marque, et j'ai commencé mon test par le shampooing protecteur pour cheveux colorés. Dans la mesure où il est rose, j'ai eu du mal à persuader la Princesse qu'il n'était pas adapté pour elle : je lui ai dit qu'éventuellement elle pouvait utiliser le jaune mais, comme il n'est pas rose, le succès fut moindre, forcément. 

La première chose qui m'a frappé avec ce shampooing, c'est son parfum : il sent très bon, un parfum de bonbon vraiment très agréable et qui ressemble beaucoup à celui des shampooings de la marque Coiffance.

Le système d'ouverture par clapet est pratique, notamment sous la douche, avec les mains mouillées, mais il a pourtant souvent nécessité un petit coup dponge après utilisation car du shampooing avait tendance à s'accumuler au niveau du bouchon, le rendant ainsi tout gluant. Mais ça reste un détail... car j'ai vraiment adoré ces shampooings.

Je ne sais qui est responsable entre le shampooing protecteur et la marque de ma coloration, que j'ai changée à peu près au même moment, mais j'ai pu constater récemment que ma couleur gardait une belle brillance plus longtemps. J'ai utilisé le shampooing réparateur en alternance avec le shampooing protecteur, comme j'ai les cheveux plutôt secs, et le moins que je puisse dire, c'est que ce duo fut aussi plaisant à utiliser qu'intéressant en termes de résultats.

Je ne connaissais pas du tout cette marque de shampooings avant ce test : elle est commercialisée par Marc Pellé, un ancien vice-champion d'Europe de coiffure qui s'est lancé sur ce créneau après avoir constaté que les produits de soin capillaire vendus en salon de coiffure restaient tout de même assez chers (Marc Pellé a reçu au passage toutes les faveurs de l'oursin du portemonnaie). Il a donc lancé sa propre gamme, composée notamment des deux shampooings que j'ai testés ainsi que d'un shampooing antipelliculaire pour cheveux gras.

Ces shampooings sont vendus sur le site de Brandalley et sur le site Internet très vintage de la marque : www.secretsdececile.com, au prix de 9,90 € le flacon de 250 ml, ce qui reste un prix abordable, en tout cas pour moi, dans la mesure où je ne me lave plus les cheveux que 2 fois par semaine et qu'un flacon dure plusieurs semaines désormais, d'autant plus que peu de produit suffit.

Mais ce qu'il est important et intéressant de souligner et qui distingue les shampooings Secrets de Cécile des soins professionnels que j'avais l'habitude d'acheter, c'est que ceux-ci sont élaborés à partir d'actifs naturels : des extraits de raisin et d'huile de pépin de raisins pour le shampooing protecteur, des extraits de beurre de mangue et d'huile d'Argan pour le shampooing réparateur et un cocktail d'actifs à base de 9 plantes pour le shampooing antipelliculaire.

Parfois, le souci que j'ai rencontré avec des shampooings 'bio' concernait leur texture, souvent trop liquide et désagréable à appliquer : ici, rien à redire, le shampooing a une consistance suffisamment épaisse et lisse, qui permet une bonne application sur la chevelure, une mousse abondante (ce qui est toujours agréable, enfin je trouve) mais un rinçage sans difficulté.

Les résultats sur la chevelure sont quant à eux assez remarquables : les cheveux sont doux, brillants, faciles à coiffer, mieux, la tignasse a pas mal de volume.

Je suis tout à fait convaincue par ces shampooings, vous vous en êtes rendus compte. Le seul bémol reste peut-être la difficulté à se les procurer, uniquement sur Internet : sachant que les frais de port sont gratuits à partir de 20 € sur le site de la marque, c'est encore jouable.

Et vous, ces shampooings vous tentent ?


Shampooings offerts par la marque Secrets de Cécile, que je remercie.



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 13 mai 2015

Bon week-end, qu'ils disaient...


"Un malheur n'arrive jamais seul". Enfin, il paraît. Je crois tout de même que l'on peut sans risque accorder du crédit à ce vieil adage car, en général, les emmerdes arrivent toujours en groupe. Enfin, à la maison, c'est souvent au minimum par deux.

Mais il y a pire : à la casa, nous avons remarqué qu'il y a une période plus propice que les autres à la manifestation de la chienlit. Habituellement, c'est au mois de mars : j'ai souvenir il y a quelques années d'un combo "dégât des eaux / panne de voiture" et d'un autre doublé "grippe / gastro" pour les deux loulous la même semaine, qui n'étaient pas à piquer des hannetons.

Or, curieusement, cette année, alors qu'en 2014 nous avons connu un "panne de voiture / hospitalisation" relativement inédit et force 8 sur l'échelle de la chiatitude, nous avons passé le mois de mars sans encombres. 

Rien, Que de chi. Nada.

En avril, pareil : le calme plat. Alors, danse du calebar ? Hé bien non car c'est là que l'on s'est fait avoir : alors que nous pensions avoir échappé à la scoumoune annuelle, en fait, elle s'apprêtait à frapper plus tard mais surtout plus fort et de façon bien plus vicieuse que d'habitude.

Car cette année, nous avons eu, en cadeau bonus : l'effet de surprise !

Premier pépin il y a 15 jours : l'ordinateur portable, 3 ans à peine au compteur, rend son dernier souffle. Un samedi après-midi. On lui demande une défragmentation, il nous ruine un disque dur. Réinstallation de Windows impossible : le disque dur a autant d'énergie qu'une grenouille sous meth.

Arrive donc son remplaçant, 560 baluches plus tard tout de même, tout beau, tout neuf. Nous avons Windows 8 maintenant. Et un ordinateur portable dont la batterie est défaillante... et ne se charge pas. Retour magasin et toujours pas de PC.

Pour autant, on aurait pu croire que mon inactivité bloguesque de ces derniers jours pourrait lui être opposable. Mais non !

Je te disais bien tout à l'heure qu'un malheur n'arrive jamais seul... voilà donc le combo 2015 :


Ordinateur mourru et pied pêté !

Non, ce magnifique membre n'est point mien, c'est celui de Papa est occupé mais, comme on partage tout, je participe grandement à l'immobilisation : 10 jours minimum.

Alors, déjà, j'avais du taf à la maison et au bureau mais ça, c'était avant. Parce que depuis que Papa est occupé a la jambe en l'air, j'ai récupéré ses corvées domestiques en plus des miennes (oui, le partage des tâches est de rigueur à la maison, tu n'imagines d'ailleurs pas comme cela me manque).

Heureusement, dans notre période annuelle de chance, la scoumoune est arrivée en plein pendant les ponts de mai. Cette année, donc, nous avons une nouvelle bonne raison de ne pas profiter du jardin : l'année dernière, on ne pouvait pas y mettre un pied à cause de l'humidité ambiante, mais cette année, le jardinier est en arrêt, donc la tondeuse aussi. Et puis, je ne me vois pas ajouter l'entretien de la pelouse à la liste déjà bien longue de mes corvées...

Par conséquent, vous serez gentils, ne me souhaitez pas bon week-end : mes chers collègues me l'ont souhaité la semaine dernière et voyez le résultat. Oui, quand même, il sera prolongé, c'est déjà ça : vu le stock de corvées domestiques qui m'attendent, entre les courses et le ménage, il me faudra bien 4 jours au lieu de deux pour en venir à bout.
 
Il faut néanmoins y trouver un avantage : on va le passer en famille. Au repos (forcé). Mais on boira l'apéro :-)



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 5 mai 2015

J'ai testé les bijoux Magnetix Wellness (+ concours de la Fête des Mères)



Je ne suis pas différente de la majorité des femmes : bien que je n'en possède pas des coffres entiers, rapport à l'oursin du portemonnaie, j'apprécie de recevoir ou de m'acheter un joli bijou de temps en temps, surtout à l'approche de la Fête des Mères.

Et, cette année, j'ai une belle innovation à vous présenter, qui m'a particulièrement intriguée : il s'agit de la gamme de bijoux Magnetix Wellness. Voici donc le bracelet que j'ai reçu pour test de la part de cette marque, dont le siège est basé à Francfort-sur-le-Main et que je remercie beaucoup :

Il a la classe, hein ?


Comme ça, tu ne remarqueras rien de spécial sur le bracelet, à part qu'il est très chouette : je te rassure, c'est normal. 

Quand je l'ai reçu, il m'a tout de suite beaucoup plu et Papa est occupé était bien content que le blog se soit chargé de mon cadeau pour la Fête des Mères : il paraît que je suis difficile....

J'ai tout de suite adopté ce bracelet : je le trouve joli, élégant, de belle facture mais néanmoins pas "tape-à-l'oeil". Je l'ai déjà porté une paire de fois au bureau : il est assez passe-partout et s'accorde avec la majorité de mes tenues. Les motifs sur le bracelet et sa discrète mais très jolie pierre violette apporte de l'éclat et beaucoup de raffinement à l'ensemble, ce qui permet de le porter également pour des occasions plus festives. C'est sans aucun doute un bijou relativement simple - personnellement, j'aime la simplicité en matière de bijoux, je déteste ce qui est clinquant : non, ce n'est pas vrai, je ne suis pas difficile - et qui devrait donc plaire à une majorité de femmes.

Mais ce qui différencie ce bracelet et les autres bijoux de la gamme Magnetix Wellness, c'est qu'il s'agit de bijoux "bien-être". En effet, en plus d'être esthétiques, les bijoux Magnetix Wellness sont dotés d'aimants néodyme, un métal gris-argent : au contact de la peau, ils agissent sur la circulation sanguine et libèrent des endorphines. Étonnant, pas vrai ?

Je dois bien vous avouer que j'ai été tout de même très intriguée par ces bijoux... et j'ai demandé à voir, d'où le bijou en photo. Je me suis également renseignée un peu et j'ai appris que la magnétothérapie, dont j'ignorais même jusqu'à l'existence, pauvre ignare que je suis, est une médecine douce non invasive qui peut être très utile en cas de migraines, douleurs articulaires... Alors, étant donné que je suis régulièrement sujette aux migraines ophtalmiques, tu penses bien que je porte ce bijou régulièrement ! Je n'ai encore jamais eu de migraine alors que je le portais, je ne sais pas si c'est un signe mais en tout cas, je ne peux que lui accorder le bénéfice du doute. Et puis, si ce n'est pas le cas, il demeure qu'il s'agit d'un très joli bijou, que j'apprécie de porter.

Bien entendu, d'autres modèles de bracelets magnétiques mais aussi des boucles d'oreilles, des colliers, des bagues et même des chevillères, tous magnétiques, sont disponibles sur la boutique en ligne de Magnetix Wellness. La marque propose également des montres et des bijoux pour enfants, il y a donc largement de quoi trouver son bonheur.

En termes de prix, la gamme Magnetix Wellness reste tout à fait abordable : le bracelet que j'ai reçu coûte 79 €, cela me semble un budget correct pour un cadeau, je trouve. Mais la gamme propose des bijoux à tous les prix, selon le type de bijou souhaité : je crois qu'il y a de quoi trouver quelque chose de sympathique à tous les budgets.

La boutique en ligne propose un règlement de la commande par carte bancaire mais également par PayPal : elle sera d'ailleurs mise en livraison le jour même pour une commande passée avant 12 heures. Un emballage cadeau est bien sûr également possible.

Comme vous avez pu le constater, la marque m'a gâtée... mais elle a aussi pensé à vous : Magnetix Wellness m'a proposé d'offrir le même bracelet que le mien à l'une d'entre vous, à l'occasion de la Fête des Mères qui cette année tombe le 31 mai prochain ! (pensez-y)

Pour tenter de remporter ce bracelet, il vous suffit de compléter le formulaire de participation ci-dessous (je ne tiendrai pas compte des participations laissées en commentaire, même s'ils me font toujours très plaisir).
Le jeu débute dès la publication de ce billet et prendra fin le 13 mai 2015 à 23h59 (heure de Paris), pour que le bracelet arrive à temps pour la Fête des Mères. Le concours est réservé à la France métropolitaine, à raison d'une seule participation par foyer.
Comme d'habitude, chaque relais du jeu sur Facebook, sur Twitter, sur Google + et/ou sur Hellocoton rapportera une chance supplémentaire et cumulable pour le tirage au sort, à condition de m'indiquer le lien exact du relais dans la case prévue à cet effet dans le formulaire.
Une fois le giveaway clos, je tirerai au sort 1 gagnant à l'aide de Random.org : son pseudo sera notamment annoncé sur les réseaux sociaux, où je vous invite à me suivre. Le bracelet sera envoyé directement par la marque au gagnant.

Je vous souhaite bonne chance et, avec un peu d'avance, une très belle Fête des Mères !


Bracelet offert par la marque, que je remercie.


- Edit du 18 mai 2015 -

Random.org a désigné gagnant le n° 192, qui correspond à la participation de corinneb (le 10 mai 2015 à 19h31)

Bravo ! Je te contacte par e-mail tout de suite !
Et merci à tous les participants !


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 30 avril 2015

Rubrique nécrologique d'avril


Comme vous pouvez le constater sur la photo, la nécro de ce mois est vraiment "touti rikiki", la faute notamment à un gel douche "maousse costaud", dont je vous ai parlé ici et qui n'a pas encore rendu l'âme à ce jour.

Nous déplorons donc seulement deux cadavres mais de qualité toutefois.

On ne lit pas bien ce qui figure sur le flacon Cadum mais pour une fois que le soleil est de la partie, on ne va pas s'en plaindre

1er cadavre : le déodorant Narta fraîcheur cologne

Voilà un déodorant que je ne me lasse pas de racheter et pour cause : c'est une valeur sûre. Il sent bon, un parfum frais, printanier et assez classique pour plaire au plus grand nombre, mais surtout, il est très efficace : aucune odeur suspecte de transpiration à déplorer avec lui, il fait le job et bien.

Je le rachèterais vraisemblablement car il se trouve souvent en promo et avec lui, je suis sûre de faire un bon choix.

Prix : 3,80 € les 200 ml


2ème cadavre : Ma 1ère eau de Cadum 

Depuis plusieurs mois maintenant, j'ai adopté l'eau micellaire pour la toilette du visage des loulous. Bon, il est vrai qu'ils ne se prêtent pas toujours de bonne grâce à l'exercice, surtout en hiver parce que "C'est froid maman !" mais je ne leur donne pas vraiment le choix : c'est ça ou le lait de toilette et le lait de toilette, c'est parfois un peu grassouillet et ça sent fort. Bien.

Puisque l'on parle de choix, il faut d'ailleurs avouer que celui-ci n'est pas très fourni en matière d'eaux micellaires pour les enfants : j'ai dû très vite me tourner vers le rayon bébé pour trouver mon bonheur, d'où l'achat de ce flacon de Ma 1ère Eau de Cadum.

Cadum est une valeur sûre à la maison (tout comme Narta : décidément, il n'y a que ça dans la nécro de ce mois) : quand je l'ai acheté au Drive, un peu au hasard donc, j'étais certaine qu'il serait efficace et que je l'apprécierais. Et c'est le cas.

Cette 1ère eau ne sent rien ou presque, peut-être une aussi vague qu'imperceptible odeur florale : c'est normal car elle ne contient pas de parfum. Elle rafraîchit la peau et la laisse nette : même les loulous l'ont apprécié.

Je la rachèterais probablement, à cause du choix très limité en la matière, d'autant plus qu'elle ne contient ni parabènes, ni colorants. Comme conseillé par le fabricant, j'imagine qu'elle doit être tout à fait adaptée à la toilette de bébé, au vu de sa douceur. Et puis son flacon-pompe reste très pratique, notamment pour garder les mains aussi libres que possible pendant la toilette des tout-petits.

Prix : 4,50 € les 400 ml



Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 24 avril 2015

Etre mère, c'est parfois être égoïste


Les soirées en solo ont ça de bon : personne n'est là pour se foutre de toi quand tu regardes une bonne vieille comédie des années 1990, vue et revue plusieurs fois au hasard des rediffusions et où on paye encore en francs. Pour le coup, c'était Le Pari avec Didier Bourdon et Bernard Campan, un film que j'aime beaucoup et que je suis même allée voir au cinéma lors de sa sortie. C'est mon côté beauf' : j'assume.

J'étais donc installée peinard sur mon canap' hier soir, en tête-à-tête avec mon paquet de M&M's, prête à me marrer une énième fois avec la vanne du "Vroum Vroum Doliprane", quand d'un seul coup, comme ça sans prévenir, cette ambiance légère et vintage a brutalement disparue. Tout simplement quand le bandeau rouge caractéristique et malheureusement bien connu de l'Alerte Enlèvement est apparu en bas de l'écran. 

Là, de façon prévisible, je n'ai plus eu du tout envie de rire et j'ai cessé de suivre ce qui se passait sur les 7/10è du haut de l'écran pour lire attentivement les informations sur le bandeau.




Je me suis alors souvenue avoir vu un peu plus tôt au JT que la petite Chloé avait été enterrée l'après-midi même, dans une tristesse que je n'ose même pas imaginer. Et voilà que ça recommençait : une autre petite fille de 7 ans avait disparu, au moment même où le petit corps meurtri de Chloé rejoignait sa dernière demeure.

Et puis, je me suis dit un truc : tu as de la chance, ma vieille, car ce n'est pas le prénom de l'un de tes enfants qui figure sur ce bandeau. Ce genre de réflexion, pour te flinguer la soirée, y'a pas mieux : purée, ça fait froid dans le dos. C'est aussi très égoïste, c'est certain mais je crois que chaque parent pourrait bien se la faire un jour.

Alors, je me suis imaginé à quoi pouvait bien ressembler cette petite fille qui avait disparue, je me la suis représentée dans ma tête, à partir des infos de l'Alerte Enlèvement : après tout, on ne sait jamais.

Et si je me trouvais à la place de ses parents, j'aimerais bien pouvoir me dire que des gens, des inconnus, qui vivent à des milliers de bornes de chez moi et que je ne croiserais probablement jamais dans ma vie, ont une pensée pour ma fille, partagent mon malheur et mon inquiétude, même un court instant.

J'ai repris le fil de l'action du film une fois le bandeau disparu mais à chaque fois qu'il réapparaissait à l'écran, je n'ai pas pu m'empêcher de souhaiter très fort que la petite fille soit rendue à ses parents au plus vite et de préférence saine et sauve, sans avoir subi d'horreurs que je n'ose ni qualifier, ni même imaginer.

Je me suis également noté mentalement de vérifier dès ma connexion sur Internet le lendemain où en étaient les recherches et, le cas échéant, relayer l'Alerte Enlèvement le plus largement possible sur les réseaux. C'est malheureusement tout ce que je puis faire à mon niveau : ça ne servira peut-être à rien mais si ça servait à quelque chose ? Impossible pour moi, moralement, de faire l'impasse, ça ne me ressemble pas.

Alors, finalement, je me dis que j'ai peut-être jugé un peu vite, je ne suis peut-être pas si égoïste que ça : non, à la finalité, j'ai juste un cœur de maman.

Et ce matin, en me connectant sur Internet, j'ai eu LA bonne nouvelle et ça m'a fait bien plaisir : la petite fille a été retrouvée saine et sauve. J'ai eu une pensée pour ses parents, ça m'a fait drôlement chaud au cœur pour eux. Maintenant, j'espère que la Police va retrouver l'enc... qui a fait ça : faudrait pas qu'il recommence, ce taré.
 
Et j'ai eu de nouveau cette même pensée égoïste...




Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 22 avril 2015

Faites des gosses... #6


Hé bien, dites-moi : il y a quasiment un an que je ne vous ai pas concocté un petit billet pour rire des derniers bons mots des loulous ! Hé oui, le dernier Faites des gosses... date de juin 2014 !

Pourtant, j'ai pris le pli de noter sur un brouillon Word les bonnes tirades des loulous au fur et à mesure de leur production, histoire de m'en rappeler avant qu'Al Zheimer ne passe par chez moi et de les partager avec vous quand je commence à avoir suffisamment de matière - sans -s, hein, sinon ce ne sont pas les mêmes matières :-)

Voici donc le cru 2014 - 2015, on peut bien le qualifier comme ça : j'espère quand même faire mieux et vous proposer un deuxième billet du genre d'ici la fin de cette année. C'est parti !


*********************


On va commencer la série par du lourd, jugez plutôt :

Un dimanche, en allumant la télé à l'heure du midi, mon Grand tombe sur l'émission Le jour du Seigneur et sur la retransmission de la Messe.

Je vaque à mes corvées dominicales (lessive, salle de bains à nettoyer et j'en passe et des plus sales) et, d'un seul coup, Papa est occupé se trouvant à côté de moi, nous entendons mon Grand dire à sa sœur : "Tu as vu, à l'église, ils mangent des chips !".

Nous sommes partis dans un grand éclat de rire, vraiment, elle était aussi bonne qu'inattendue ! Et promis, je n'ai pas répondu que c'était normal puisque c'était l'heure de l'apéro, ni déconné sur les chemins du foie ! :-)


**********************

 
Je suis sûre que vous n'avez pas réussi à échapper, vous non plus, à la magnifique prose de Black M et à son - hum - tube : "Sur la route". Nous non plus, hélas.

Et même bien pire... figurez-vous que la Princesse a légèrement adapté les paroles, pour en arriver à ceci :

"Sur ma route, oui,
maman fait des prouts, oui...

Sur ma route, oui,
il y a eu du move, oui,
 une vie de prouts !"

Je n'aimais déjà pas cette chanson mais si en plus on déballe mes problèmes gastriques, alors...



**********************


Nous allons terminer par une réflexion hautement philosophique : la Princesse aime beaucoup Zlatan Ibrahimovic. Elle ne reconnaît pas Zidane mais elle reconnaît sans problème Zlatan : question de génération, hein.

Et la dernière fois qu'elle l'a vu à la télé, elle m'a dit :

La Princesse : "T'as vu, Zlatan il met des chouchous dans ses cheveux.
- une pause -
Papa, lui, n'en met pas.
Pourquoi il ne met pas de chouchou dans ses cheveux, papa ?"

Moi : "Non, il n'a pas assez de cheveux pour ça (même si ce n'est pas Sim, non plus). Et puis, ce sont souvent les filles qui mettent des chouchous, parce que c'est joli."

La Princesse : "Ah oui, c'est vrai, les garçons ne mettent pas de chouchous. Sauf Zlatan. Donc, il n'y a que toi, moi et Zlatan qui avons le droit de mettre des chouchous."


Ché pas meugnon, hein ?


Oh, ça va, t'en dis jamais des conneries, toi, peut-être ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 17 avril 2015

La Provence est de passage dans ma salle de bains


S'il y a un truc que j'ai appris en bloguant, c'est bien que le mot "échantillon" n'avait pas du tout la même signification en marketing que celle que je connaissais jusqu'ici.

Dans la vie courante, quand on te dit "échantillon", tu comprends "petite quantité de produit pour te permettre de tester". En marketing, ce n'est pas la même chose. Par exemple, voici un "échantillonnage" de produits reçus pour test de la part de la marque Les Petits Bains de Provence (que je remercie beaucoup au passage) :


Quand mon Grand m'a vu sortir le gros flacon de gel douche à gauche, il m'a dit : "Tu as de quoi te laver jusqu'à la retraite avec ça !". Pas loin, effectivement. Disons que pour le coup, ce flacon d'un litre n'est pas vraiment "nomade". Et quelque part c'est tant mieux car ce gros flacon et le reste de sa famille ont une sacrée classe dans ma salle de bains !

Nous avons commencé par tester le gel douche surgras à la fleur de coton, format 1 litre, ainsi que son petit frère, le savon liquide à la fleur d'oranger au format 500 ml pour la toilette du visage : les deux petits flacons de 100 ml, l'un également à la fleur d'oranger, l'autre parfum marine, ont été utilisés en tant que savons pour les mains.

Hé bien, je peux te dire que depuis que les deux gros flacons trônent sur le rebord de la baignoire et du lavabo, j'ai un peu l'impression de vivre dans un Modes & Travaux. Ils ont une classe folle et c'est typiquement l'image que l'on se fait des savons de Provence !

Et c'est d'ailleurs tout à fait ça car les produits Les Petits Bains de Provence sont fabriqués là-bas, à l'ancienne, selon la méthode de Marseille, dans un chaudron et sous la responsabilité d'un maître-savonnier, oui Madame, et sont naturellement glycérinés. Toute la gamme - non-testée sur les animaux, il faut le souligner - est élaborée à partir de matières premières naturelles sélectionnées, qui ne contiennent ni parabènes, ni huile de palme, ni sulfates, ni graisse animale.

Déjà, là, je t'ai fait envie, avoue, mais ce qui va t'achever, comme ce fut le cas pour l'oursin du portemonnaie, c'est quand je vais t'annoncer le prix du gel douche au format 1 litre : 5,90 € en pharmacie et en parapharmacie. Oui, seulement. Même moi, j'ai relu les chiffres plusieurs fois.

Si j'ajoute que ces savons liquides conviennent à toutes les peaux, tu es carrément sur le luc, j'en suis sûre. Et pourtant, je ne t'ai pas encore annoncé les parfums disponibles parce que là tu vas entendre les grillons, crois-moi : pour les savons liquides, figue, fleur d'oranger, miel - vanille, rose, chèvrefeuille, marine et lavande bien sûr. Pour les gels douche, que tu peux aussi utiliser en tant que shampooing, tu as le choix entre verveine, pêche, amande, fleur de coton et santal.

Alors, tu vas te dire qu'il y a quand même un truc qui cloche dans ce test, que c'est trop beau pour être vrai, une telle réussite : ben non. Ces soins sentent bon et parfument la peau plusieurs heures (si, si, j'ai vérifié), il sont respectueux de la peau et se rincent sans problème. La seule chose que je pourrais dire, c'est qu'ils ne sont pas forcément des plus hydratants mais aussi qu'il y a un dosage à trouver au départ, c'est à dire le nombre de pressions sur le flacon-pompe à effectuer pour obtenir la dose de savon qui te convient : ça demande une légère adaptation mais, on est d'accord, ça ne compte pas.

J'ajouterais que le gel douche n'a jamais valdingué dans la baignoire et ce malgré sa taille et son encombrement. Non, jamais : parce qu'il a beau être imposant, il est souple comme Carlos et son plastique est de qualité, bien épais comme il faut.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que je suis convaincue. Et puis en plus j'ai récupéré un beau sac, que tu peux voir sur la photo, sous les flacons. Alors comment te dire ? Que je risque d'acheter à l'occasion un gel douche Les Petits Bains de Provence à la pharmacie du coin ? Oui, c'est du domaine du possible, qui plus est pour faire un cadeau original à quelqu'un.

De ton côté, pour découvrir en détail toute la gamme des produits Les Petits Bains de Provence, tu peux aller consulter leur site Internet ici : en plus, tu auras l'impression d'être en Provence mais sans avoir dépensé un rond. Elle est pas belle, la vie ?


 Produits offerts par la marque que je remercie.


Rendez-vous sur Hellocoton !