vendredi 24 avril 2015

Etre mère, c'est parfois être égoïste


Les soirées en solo ont ça de bon : personne n'est là pour se foutre de toi quand tu regardes une bonne vieille comédie des années 1990, vue et revue plusieurs fois au hasard des rediffusions et où on paye encore en francs. Pour le coup, c'était Le Pari avec Didier Bourdon et Bernard Campan, un film que j'aime beaucoup et que je suis même allée voir au cinéma lors de sa sortie. C'est mon côté beauf' : j'assume.

J'étais donc installée peinard sur mon canap' hier soir, en tête-à-tête avec mon paquet de M&M's, prête à me marrer une énième fois avec la vanne du "Vroum Vroum Doliprane", quand d'un seul coup, comme ça sans prévenir, cette ambiance légère et vintage a brutalement disparue. Tout simplement quand le bandeau rouge caractéristique et malheureusement bien connu de l'Alerte Enlèvement est apparu en bas de l'écran. 

Là, de façon prévisible, je n'ai plus eu du tout envie de rire et j'ai cessé de suivre ce qui se passait sur les 7/10è du haut de l'écran pour lire attentivement les informations sur le bandeau.




Je me suis alors souvenue avoir vu un peu plus tôt au JT que la petite Chloé avait été enterrée l'après-midi même, dans une tristesse que je n'ose même pas imaginer. Et voilà que ça recommençait : une autre petite fille de 7 ans avait disparu, au moment même où le petit corps meurtri de Chloé rejoignait sa dernière demeure.

Et puis, je me suis dit un truc : tu as de la chance, ma vieille, car ce n'est pas le prénom de l'un de tes enfants qui figure sur ce bandeau. Ce genre de réflexion, pour te flinguer la soirée, y'a pas mieux : purée, ça fait froid dans le dos. C'est aussi très égoïste, c'est certain mais je crois que chaque parent pourrait bien se la faire un jour.

Alors, je me suis imaginé à quoi pouvait bien ressembler cette petite fille qui avait disparue, je me la suis représentée dans ma tête, à partir des infos de l'Alerte Enlèvement : après tout, on ne sait jamais.

Et si je me trouvais à la place de ses parents, j'aimerais bien pouvoir me dire que des gens, des inconnus, qui vivent à des milliers de bornes de chez moi et que je ne croiserais probablement jamais dans ma vie, ont une pensée pour ma fille, partagent mon malheur et mon inquiétude, même un court instant.

J'ai repris le fil de l'action du film une fois le bandeau disparu mais à chaque fois qu'il réapparaissait à l'écran, je n'ai pas pu m'empêcher de souhaiter très fort que la petite fille soit rendue à ses parents au plus vite et de préférence saine et sauve, sans avoir subi d'horreurs que je n'ose ni qualifier, ni même imaginer.

Je me suis également noté mentalement de vérifier dès ma connexion sur Internet le lendemain où en étaient les recherches et, le cas échéant, relayer l'Alerte Enlèvement le plus largement possible sur les réseaux. C'est malheureusement tout ce que je puis faire à mon niveau : ça ne servira peut-être à rien mais si ça servait à quelque chose ? Impossible pour moi, moralement, de faire l'impasse, ça ne me ressemble pas.

Alors, finalement, je me dis que j'ai peut-être jugé un peu vite, je ne suis peut-être pas si égoïste que ça : non, à la finalité, j'ai juste un cœur de maman.

Et ce matin, en me connectant sur Internet, j'ai eu LA bonne nouvelle et ça m'a fait bien plaisir : la petite fille a été retrouvée saine et sauve. J'ai eu une pensée pour ses parents, ça m'a fait drôlement chaud au cœur pour eux. Maintenant, j'espère que la Police va retrouver l'enc... qui a fait ça : faudrait pas qu'il recommence, ce taré.
 
Et j'ai eu de nouveau cette même pensée égoïste...




Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 22 avril 2015

Faites des gosses... #6


Hé bien, dites-moi : il y a quasiment un an que je ne vous ai pas concocté un petit billet pour rire des derniers bons mots des loulous ! Hé oui, le dernier Faites des gosses... date de juin 2014 !

Pourtant, j'ai pris le pli de noter sur un brouillon Word les bonnes tirades des loulous au fur et à mesure de leur production, histoire de m'en rappeler avant qu'Al Zheimer ne passe par chez moi et de les partager avec vous quand je commence à avoir suffisamment de matière - sans -s, hein, sinon ce ne sont pas les mêmes matières :-)

Voici donc le cru 2014 - 2015, on peut bien le qualifier comme ça : j'espère quand même faire mieux et vous proposer un deuxième billet du genre d'ici la fin de cette année. C'est parti !


*********************


On va commencer la série par du lourd, jugez plutôt :

Un dimanche, en allumant la télé à l'heure du midi, mon Grand tombe sur l'émission Le jour du Seigneur et sur la retransmission de la Messe.

Je vaque à mes corvées dominicales (lessive, salle de bains à nettoyer et j'en passe et des plus sales) et, d'un seul coup, Papa est occupé se trouvant à côté de moi, nous entendons mon Grand dire à sa sœur : "Tu as vu, à l'église, ils mangent des chips !".

Nous sommes partis dans un grand éclat de rire, vraiment, elle était aussi bonne qu'inattendue ! Et promis, je n'ai pas répondu que c'était normal puisque c'était l'heure de l'apéro, ni déconné sur les chemins du foie ! :-)


**********************

 
Je suis sûre que vous n'avez pas réussi à échapper, vous non plus, à la magnifique prose de Black M et à son - hum - tube : "Sur la route". Nous non plus, hélas.

Et même bien pire... figurez-vous que la Princesse a légèrement adapté les paroles, pour en arriver à ceci :

"Sur ma route, oui,
maman fait des prouts, oui...

Sur ma route, oui,
il y a eu du move, oui,
 une vie de prouts !"

Je n'aimais déjà pas cette chanson mais si en plus on déballe mes problèmes gastriques, alors...



**********************


Nous allons terminer par une réflexion hautement philosophique : la Princesse aime beaucoup Zlatan Ibrahimovic. Elle ne reconnaît pas Zidane mais elle reconnaît sans problème Zlatan : question de génération, hein.

Et la dernière fois qu'elle l'a vu à la télé, elle m'a dit :

La Princesse : "T'as vu, Zlatan il met des chouchous dans ses cheveux.
- une pause -
Papa, lui, n'en met pas.
Pourquoi il ne met pas de chouchou dans ses cheveux, papa ?"

Moi : "Non, il n'a pas assez de cheveux pour ça (même si ce n'est pas Sim, non plus). Et puis, ce sont souvent les filles qui mettent des chouchous, parce que c'est joli."

La Princesse : "Ah oui, c'est vrai, les garçons ne mettent pas de chouchous. Sauf Zlatan. Donc, il n'y a que toi, moi et Zlatan qui avons le droit de mettre des chouchous."


Ché pas meugnon, hein ?


Oh, ça va, t'en dis jamais des conneries, toi, peut-être ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 17 avril 2015

La Provence est de passage dans ma salle de bains


S'il y a un truc que j'ai appris en bloguant, c'est bien que le mot "échantillon" n'avait pas du tout la même signification en marketing que celle que je connaissais jusqu'ici.

Dans la vie courante, quand on te dit "échantillon", tu comprends "petite quantité de produit pour te permettre de tester". En marketing, ce n'est pas la même chose. Par exemple, voici un "échantillonnage" de produits reçus pour test de la part de la marque Les Petits Bains de Provence (que je remercie beaucoup au passage) :


Quand mon Grand m'a vu sortir le gros flacon de gel douche à gauche, il m'a dit : "Tu as de quoi te laver jusqu'à la retraite avec ça !". Pas loin, effectivement. Disons que pour le coup, ce flacon d'un litre n'est pas vraiment "nomade". Et quelque part c'est tant mieux car ce gros flacon et le reste de sa famille ont une sacrée classe dans ma salle de bains !

Nous avons commencé par tester le gel douche surgras à la fleur de coton, format 1 litre, ainsi que son petit frère, le savon liquide à la fleur d'oranger au format 500 ml pour la toilette du visage : les deux petits flacons de 100 ml, l'un également à la fleur d'oranger, l'autre parfum marine, ont été utilisés en tant que savons pour les mains.

Hé bien, je peux te dire que depuis que les deux gros flacons trônent sur le rebord de la baignoire et du lavabo, j'ai un peu l'impression de vivre dans un Modes & Travaux. Ils ont une classe folle et c'est typiquement l'image que l'on se fait des savons de Provence !

Et c'est d'ailleurs tout à fait ça car les produits Les Petits Bains de Provence sont fabriqués là-bas, à l'ancienne, selon la méthode de Marseille, dans un chaudron et sous la responsabilité d'un maître-savonnier, oui Madame, et sont naturellement glycérinés. Toute la gamme - non-testée sur les animaux, il faut le souligner - est élaborée à partir de matières premières naturelles sélectionnées, qui ne contiennent ni parabènes, ni huile de palme, ni sulfates, ni graisse animale.

Déjà, là, je t'ai fait envie, avoue, mais ce qui va t'achever, comme ce fut le cas pour l'oursin du portemonnaie, c'est quand je vais t'annoncer le prix du gel douche au format 1 litre : 5,90 € en pharmacie et en parapharmacie. Oui, seulement. Même moi, j'ai relu les chiffres plusieurs fois.

Si j'ajoute que ces savons liquides conviennent à toutes les peaux, tu es carrément sur le luc, j'en suis sûre. Et pourtant, je ne t'ai pas encore annoncé les parfums disponibles parce que là tu vas entendre les grillons, crois-moi : pour les savons liquides, figue, fleur d'oranger, miel - vanille, rose, chèvrefeuille, marine et lavande bien sûr. Pour les gels douche, que tu peux aussi utiliser en tant que shampooing, tu as le choix entre verveine, pêche, amande, fleur de coton et santal.

Alors, tu vas te dire qu'il y a quand même un truc qui cloche dans ce test, que c'est trop beau pour être vrai, une telle réussite : ben non. Ces soins sentent bon et parfument la peau plusieurs heures (si, si, j'ai vérifié), il sont respectueux de la peau et se rincent sans problème. La seule chose que je pourrais dire, c'est qu'ils ne sont pas forcément des plus hydratants mais aussi qu'il y a un dosage à trouver au départ, c'est à dire le nombre de pressions sur le flacon-pompe à effectuer pour obtenir la dose de savon qui te convient : ça demande une légère adaptation mais, on est d'accord, ça ne compte pas.

J'ajouterais que le gel douche n'a jamais valdingué dans la baignoire et ce malgré sa taille et son encombrement. Non, jamais : parce qu'il a beau être imposant, il est souple comme Carlos et son plastique est de qualité, bien épais comme il faut.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que je suis convaincue. Et puis en plus j'ai récupéré un beau sac, que tu peux voir sur la photo, sous les flacons. Alors comment te dire ? Que je risque d'acheter à l'occasion un gel douche Les Petits Bains de Provence à la pharmacie du coin ? Oui, c'est du domaine du possible, qui plus est pour faire un cadeau original à quelqu'un.

De ton côté, pour découvrir en détail toute la gamme des produits Les Petits Bains de Provence, tu peux aller consulter leur site Internet ici : en plus, tu auras l'impression d'être en Provence mais sans avoir dépensé un rond. Elle est pas belle, la vie ?


 Produits offerts par la marque que je remercie.


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 15 avril 2015

Les abeilles sont mes amies : mon test de la gelée royale Naturactive


Le blog est source de pas mal de petits plaisirs en ce moment : parmi ceux-ci, je suis très heureuse de vous annoncer que le Groupe Pierre Fabre a accepté de s'associer à lui pour faire tester à toute la casa quelques-unes de ses nouveautés et de ses produits-phare.

Je ne vais pas te faire l'affront de te rappeler quelles sont les marques gérées par le Groupe Pierre Fabre (tu peux toujours consulter leur site Internet néanmoins) mais sache juste que la plupart se rapportent à des soins que j'aime beaucoup, que je connais pour certains depuis plusieurs années maintenant et qui méritent d'être connus : vous avez d'ailleurs déjà pu en retrouver un sur le blog, la crème Exomega A-Derma, la meilleure amie de la peau atopique de mon Grand et ce, depuis sa naissance (c'est dire). Je vous épargne également mes cris de kawick sous meth, qui ont accompagné l'annonce de la conclusion de ce partenariat, que j'espère parti pour durer : c'est une belle reconnaissance pour mon petit blog et je remercie encore le Groupe Pierre Fabre de me faire confiance.

Il y a quelques jours, j'ai donc reçu pour test de leur part une boîte de 15 sachets-sticks de gelée royale de la marque Naturactive : je ne suis pas sûre que vous sachiez qu'elle fait partie de leur groupe, je ne suis même pas certaine que vous la connaissiez tout court. Pour ma part, je l'ai découverte grâce à ce test.




Ce n'est pas la première fois que les abeilles sont mises à l'honneur sur le blog, elles le sont même très régulièrement ces derniers mois et pour cause : je crois beaucoup aux bienfaits du miel et je n'ai donc pas hésité une seconde à me dévouer pour ce test. Je connaissais déjà les atouts santé de la gelée royale, ayant déjà eu l'occasion d'y goûter il y a quelques années : pour être franche, je me souviens n'avoir guère été enchantée par le goût un peu âcre, doublé d'une texture un peu glaireuse et donc difficile à encaisser dès potron minet.

Je m'attendais à retrouver ce même goût avec les sticks fluide Naturactive... hé bien, pas du tout : j'ignore si le fait de diluer la gelée royale dans un grand verre d'eau adoucit le goût mais, en tout cas, cette fois, j'ai remballé vite fait toutes mes appréhensions. Le goût de miel est suave, pas très marqué et ne laisse pas d'arrière-goût désagréable en bouche. Je pense même qu'il pourrait plaire aux enfants (qui peuvent en consommer à partir de l'âge de 6 ans, hein, pas avant).

Le paquet contient 15 sticks : tu as donc une cure de 15 jours devant toi. La période printanière est propice d'ailleurs à ce genre de cure : un peu de vitamines, de minéraux, d'oligo-éléments et d'acides aminés, qui plus est apportés par un complément alimentaire aussi sain et naturel que la gelée royale, nourriture exclusive de la reine, je te le rappelle, il n'y a vraiment pas matière à s'en priver pour retrouver un peu d'énergie à la sortie de l'hiver (et se motiver pour aller s'enfermer dans un bureau par 23°C dehors et un soleil d'enfer).

La boîte de 15 sticks coûte environ 8,50 € en pharmacie : c'est un petit investissement, comme ça, de prime abord mais il faut tout de même souligner qu'il s'agit d'un complément alimentaire d'origine 100 % naturelle, alors ça se mérite. Et puis, l'oursin du portemonnaie a une tactique : il calcule le coût journalier pour une prise quotidienne, soit un peu plus de 56 centimes d'euros seulement et ça passe alors sans problème.

Pour finir, une petite anecdote : les abeilles ont reconnu la gelée royale. Si, si, je suis à jeun : lorsque j'ai pris la boîte en photo dans mon jardin, tandis qu'un car de footballeurs passait juste devant chez moi, se demandant bien ce que je pouvais trafiquer à photographier mon gazon, il y en a une qui est venue tourner autour de la boîte. Dommage qu'elle n'ait pas pris la pose avec, tiens !


Produit offert par la marque, que je remercie.


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 9 avril 2015

Nous avons testé le jeu Défis Nature Volcans de Bioviva


J'ai pris une grande résolution pour l'année 2015 (non, je n'ai pas arrêté l'apéro) : désormais, le week-end, j’essaie de consacrer du temps aux loulous pour jouer à des jeux de société avec eux, entre deux séances effrénées de ménage. C’est ainsi que dimanche dernier, à la faveur d’une météo printanière (pluie, vent et froid mêlés, tout ce que j’aime), nous avons testé le jeu Défis Nature Volcans que nous a gentiment adressé Bioviva pour test.





Bioviva est un créateur de jeux, qui existe depuis 1996, et qui a la particularité de proposer des articles fabriqués en France, dans le respect de l’environnement, avec des produits à base de bois, de papier et de carton, choisis avec soin et pour lesquels la marque cherche à réduire au maximum le transport. Voilà qui commence plutôt bien, avouez.

Sur le site Internet de Bioviva, ce qui frappe en tout premier lieu, c’est la diversité des jeux proposés : il y en a vraiment pour tous les goûts et tous les âges.

Nous avons donc pu tester l’un des jeux de la gamme Défis Nature, celui sur les volcans, mis au point en collaboration avec Vulcania, mais d'autres versions sont disponibles, sur les continents, les pays ou encore les animaux.

Ce jeu s’adresse aux enfants à partir de 7 ans et pour cause : il faut savoir lire pour pouvoir y jouer. La Princesse a été un peu déçue mais cela l’a motivée à se consacrer dès que possible à l’apprentissage de la lecture, notamment l’an prochain en classe de CP, pour pouvoir se joindre à nous au plus vite (hé hé).

La règle du jeu peut sembler un peu rébarbative, comme ça, en la lisant, mais, en réalité, lorsque l’on y a joué une fois, elle s’avère très simple et rapidement assimilable. Il s’agit de répartir les cartes équitablement entre les joueurs (qui peuvent aller de 2 à 6), le but du jeu étant de remporter l’intégralité des cartes des autres joueurs, en pariant sur le point fort de chaque carte, représentant un volcan, selon 4 caractéristiques au choix : l’explosivité volcanique, la hauteur, le diamètre et la date de la dernière éruption.  En cas d’égalité de valeurs, le joueur qui a le volcan le plus actif, comme signalé en haut et à gauche de la carte par un code de couleur (du rouge au vert, selon s’il est furieux ou pas) gagne les cartes de la manche.

Le jeu ne dure pas longtemps (environ un quart d’heure) et permet, l’air de rien, de s’entraîner à la lecture, notamment celle des chiffres avec pleins de zéros, certains volcans ne s'étant pas réveillés depuis bien longtemps (les veinards). Cet exercice ne fait pas de mal à mon Grand, lui qui partage avec moi un amour immodéré des chiffres.

Ce qui est assez attractif dans ce jeu, c'est sa dimension pédagogique : en effet, la carte est présentée de telle façon qu’elle permet d’en apprendre plus sur les volcans du monde grâce à un petit paragraphe qui en explique l’histoire. Cela permet d’approfondir ses connaissances sur les volcans, si on le souhaite, et cela ne fait de mal à personne, parce que, sorti des plus connus et de l'Elfequirecule, enfin vous savez celui qui a plombé les vacances de millions de voyageurs en se réveillant il y a 5 ans, provoquant l'annulation de pleins de vols, hé bien, je me suis rendue compte que j'étais loin de maîtriser le sujet et surtout le nombre de volcans existants.

Ce que j’ai apprécié également, c’est que ce jeu nécessite d’être un peu stratège afin de miser sur la bonne caractéristique, celle qui risque d’être la plus forte et donc, de vous permettre de garder la main et de gagner. Cela nécessite un peu de réflexion, ce qui explique également que ce jeu soit réservé aux enfants d’un certain âge.

Mon Grand et moi avons bien aimé, enfin mon Grand surtout parce qu’il gagne souvent (et que ce n’est pas forcément le cas quand il joue avec moi) ; son côté pratique nous permettra d’ailleurs de l’emmener en vacances avec nous cet été (car nous n’aurons ni ordi, ni télé là-bas, la zone, quoi) où nous pourrons faire quelques parties en soirée.

Le prix de ce jeu, dont les cartes s’avèrent de très belle qualité au toucher car bien épaisses, reste raisonnable à 7,99 €. Pour découvrir tous les jeux que propose Bioviva (et il y en a quelques-uns), rendez-vous sur leur site Internet, où vous pourrez également consulter les différents points de vente en France, mais aussi sur Facebook pour suivre l'actualité de Bioviva et surtout les nouveaux jeux disponibles.

Jeu offert par Bioviva, que je remercie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 7 avril 2015

La Princesse prend soin de son intimité comme une grande grâce à Saforelle Miss (+ concours !)


Je vais être honnête, je ne suis pas une consommatrice régulière de soins pour la toilette intime. J'en ai néanmoins utilisé lorsque j'étais enceinte : étant donné la sur-sollicitation de la zone, sans toutefois rentrer dans les détails dès le matin, c'était le minimum syndical pour moi d'en prendre soin et d'adopter la meilleure hygiène possible.

Ce que je ne savais pas, c'est que le même type de soin existait depuis 2011 pour les petites filles : il s'agit de Saforelle Miss. Ce soin contient une base lavante douce avec de la Guimauve Officinale pour hydrater la zone vulvaire et la prévenir du dessèchement et des extraits naturels de Bardane pour l'apaiser. Il est recommandé à partir de l'âge de 4 ans, jusqu'à la puberté, à raison d'une à deux utilisations par jour.



Lorsque l'on m'a proposé de faire tester ce soin à la Princesse, je n'ai pas réfléchi bien longtemps avant d'accepter : ce n'est pas un secret, à 5 ans, l'hygiène intime est encore approximative, même si les règles de base sont assimilées. Il faut donc encore rester vigilant sur l'essuyage post-pipi... enfin, quand c'est possible : à la maison, je peux encore faire une tournée d'inspection inopinée, mais à l'école ?

La Princesse a donc testé ce soin Saforelle Miss, de bonne grâce il faut bien le dire car je lui ai expliqué que c'était quelque chose que seules les grandes filles pouvaient faire : vous pensez bien qu'elle était partante. Et puis il faut avouer que le flacon rose et blanc est très joli et que ce gel lavant, qui mousse bien, sent aussi très bon : la Princesse lui a trouvé un léger parfum de banane.

Nous avons donc adopté un nouveau rituel de toilette avec ce soin, ayant achevé de convaincre la Princesse de l'utilité d'adopter une hygiène correcte de la zone en lui rappelant la fois où elle s'est plainte de ce que "ça piquait" : je peux vous dire qu'elle s'en souvient encore et pourtant, cela date de plusieurs mois déjà !

Ce gel lavant se présente sous la forme d'un flacon-pompe très pratique : certes, son prix est assez élevé, à 7,90 € les 250 ml, mais sa composition hypoallergénique, sans parabens, sans phénoxyéthanol, ni colorants, le justifie tout de même un peu. Et puis, il est toujours possible d'utiliser ce soin, en cure, de temps en temps et pas forcément à longueur d'année. Ce gel lavant est recommandé à partir de 4 ans mais il peut être utilisé avant sans problème : c'est juste qu'à 4 ans, comme je vous le disais plus haut, l'essuyage est parfois, pour ne pas dire souvent, un peu approximatif.

Je trouve l'idée de ce soin plutôt intéressante et j'avoue que j'aurais aimé connaître son existence à l'époque où la Princesse a connu quelques soucis à l'entre-jambes : je me suis alors trouvée assez démunie pour la soulager et ce soin aurait vraiment été le bienvenu.

Pour que vous puissiez faire tester à votre petite fille ce soin Saforelle Miss, j'ai un flacon à vous faire gagner sur le blog mais sachez que vous pouvez également en gagner un autre sur la page Facebook de Saforelle Miss, que je vous recommande d'ailleurs de suivre : un tirage au sort fera une heureuse vendredi soir.

Pour participer au jeu sur le blog, il suffit de compléter le formulaire ci-dessous (je ne tiendrai pas compte des participations laissées en commentaire, même si ceux-ci me font toujours très plaisir).

Le concours débute dès la publication de ce billet et prendra fin le 14 avril 2015 à 23h59 (heure de Paris) ; il est réservé à la France métropolitaine, à raison d'une seule participation par foyer.

Comme d'habitude, chaque relais sur Facebook, sur Twitter, sur Google + et/ou sur Hellocoton vous rapportera une chance supplémentaire et cumulable pour le tirage au sort, à condition de m'indiquer le lien exact du relais dans la case prévue à cet effet dans le formulaire.

Une fois le giveaway clos, je tirerai au sort un gagnant à l'aide de mon pote Random.org : j'annoncerai son pseudo sur les réseaux sociaux notamment, où je vous invite à me suivre.

Je vous souhaite bonne chance !

Soin Saforelle Miss offert par la marque, que je remercie.


- Edit du 21 avril 2015 -

Random.org a désigné gagnant le n° 237, qui correspond à la participation de julie10 (le 12 avril 2015 à 11h01)

Bravo ! Je te contacte par e-mail tout de suite ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 3 avril 2015

Au printemps, plante ta graine ! (concours)


Le week-end de Pâques est traditionnellement bien chargé pour les jardineries : cette année ne devrait pas faire exception à la règle puisque les journées de dimanche et de lundi s'annoncent ensoleillées sur une bonne partie de la France (appelez-moi Evelyne Dhéliat). Ça va planter dur !

C'est donc l'occasion rêvée de vous faire part d'une belle opération, lancée à l'initiative de la marque LU, que l'on ne présente plus, en partenariat avec Noé Conservation, une association engagée dans la sauvegarde de la biodiversité, notamment par des programmes de conservation d'espèces menacées et de leurs milieux naturels. LU et Noé ont ainsi lancé un appel à projets national, ouvert jusqu'au 30 avril 2015, pour inciter chacun d'entre nous à réintroduire la nature dans son environnement.

On lui mangerait bien les oreilles, à l'autre là-haut !

L'appel à projets est ouvert aux écoles, aux associations mais aussi aux simples groupes de particuliers (amis, voisins,...), qui auraient ensemble l’envie de réaliser un parterre ou un jardin fleuri dans une copropriété, un lieu de travail ou une école.

Il suffit de soumettre votre projet biodiversité à Noé d'ici le 30 avril 2015 : 10 projets collectifs seront récompensés, labellisés et popularisés sur Facebook. Pour être retenu les projets présentés doivent pouvoir se mettre en œuvre au printemps 2015, être collectifs et sources de lien social mais aussi avoir un impact positif en réintroduisant de la nature en ville.

Les gagnants se verront offrir par la marque LU les graines de fleurs favorables à la biodiversité à semer ces prochains mois et bénéficieront d’un accompagnement par Noé (visite du site du projet et conseils lors de la mise en œuvre) ainsi que d'une labellisation « Jardins de Noé ».

Pour plus d'informations sur cet appel à projets, pour en consulter le règlement et/ou vous procurer la fiche de candidature, rendez-vous ici.

De mon côté, pour contribuer à mon petit niveau à la protection de la biodiversité - mais sachant, comme le dit si bien LU, que "chaque petite chose compte" - mais aussi pour vous permettre de mettre un peu de fleurs dans votre environnement et faire plaisir à nos copines les abeilles qui vivent par chez vous, j'ai un sachet de graines à faire gagner à 3 d'entre vous sur le blog. Et comme traditionnellement à Pâques, ce n'est pas un week-end de régime, chaque sachet de graines sera accompagné d'un paquet de Prince de LU, d'un paquet de Véritable LU Petit Beurre, d'un pot de miel et d'une cuillère à miel, comme on en voit dans les publicités pour les céréales !

Pour participer au jeu, il suffit de compléter le formulaire de participation ci-dessous uniquement (je ne tiendrai pas compte des participations laissées en commentaire, même s'ils me font toujours très plaisir).

Le jeu débute dès la publication de ce billet et prendra fin le 12 avril 2015 à 23h59 (heure de Paris). Le concours est réservé à la France métropolitaine, à raison d'une seule participation par foyer.

Comme d'habitude, chaque relais sur Facebook, sur Twitter, sur Google + et/ou sur Hellocoton rapportera une chance supplémentaire et cumulable pour le tirage au sort, à condition de m'indiquer le lien exact du relais dans la case prévue à cet effet dans le formulaire.

Une fois le giveaway clos, je tirerai au sort 3 gagnants à l'aide de Random.org : leurs pseudos seront notamment annoncés sur les réseaux sociaux, où je vous invite à me suivre.

Je vous souhaite bonne chance et un excellent week-end de Pâques ! - et doucement sur le chocolat, hein, faites comme moi ! :-)


- Edit du 16 avril 2015 -

Random.org a désigné gagnants :

- le n° 76, qui correspond à la participation de michèle ham (le3 avril 2015 à 16h33)
  - le n° 70, qui correspond à la participation de second (le 3 avril 2015 à 16h04)
- le n° 164, qui correspond à la participation de bubble (le 6 avril 2015 à 14h58) 

Bravo à toutes les trois : vous allez pouvoir vous régaler et jardiner un peu !
Je vous contacte par e-mail tout de suite !
Merci à tous les participants !  
 

Rendez-vous sur Hellocoton !