lundi 30 septembre 2013

Rubrique nécrologique de septembre



La rubrique nécrologique est un peu maigrichonne ce mois-ci, la faute à un mois d’août plutôt gourmand en produits. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle n’est pas de qualité, hein, avec notamment une belle découverte.



1er cadavre : la douche crème Dop au lait végétal des Pyrénées 

Je suis toujours aussi fan des produits Dop (je vous en parlais déjà ici) et cette variété en fait partie : il est tout simple mais efficace.

Un bémol pourtant : le clapet d’ouverture du flacon est vraiment meurtrier pour les ongles ! Mais c’est bien tout ce que l’on peut lui reprocher.

Aucun doute : je le rachèterai, surtout à ce prix-là.

Prix : 1,75 € les 250 ml


2ème cadavre : la douche-crème extra-doux au lilas Le Petit Marseillais

Je ne cours pas après le lilas, ni en tant que fleur, ni en tant que parfum. Mais il faut bien une exception à la règle : la voici.

J’ai acheté cette douche-crème Le Petit Marseillais car, contrairement à moi, Papa est occupé aime beaucoup ce parfum. Et puis, il était en promo, en lot de deux : ça aide à la décision.

Je m’attendais à lui trouver un parfum de synthèse, très chimique et au final assez éloigné de la vraie senteur du lilas… Hé bien pas du tout : cette douche-crème a un parfum très naturel, c’est bien simple, on a l’impression de respirer la vraie fleur. C’est surprenant mais ça le rend tout à fait authentique : les amateurs de lilas seront ravis.

Pour ma part, je ne peux pas dire que je me sois forcée à utiliser cette douche–crème : même si ce parfum ne fait pas partie de mes préférés, il est tout de même très agréable. Et puis, on y retrouve la qualité des gels douche Le Petit Marseillais, qui allient hydratation et rinçage facile. Alors, comme dirait Jean-Marc : « J’achète ! ».

Prix : 2,30 € les 250 ml


3ème cadavre : le déodorant Narta invisible fraîcheur pure

Ce dédorant fait partie des valeurs sûres : est-il utile de le rappeler ?

Il est certes un peu cher comme ça mais il est souvent en promotion et accompagné de son frère jumeau, alors je lui pardonne. Je le rachèterai sans aucun doute… Enfin, quand j’aurai éclusé la quinzaine de déodorants que je possède d’avance :-)

Prix : 4,31 € les 200 ml


Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 24 septembre 2013

Le coup du Camélia



Et voilà, je me suis encore fait avoir. Et ce, pour la 3ème année consécutive tout de même. TF1 a beau nous programmer ça à point d’heure, avec le replay, j’ai du mal à ne pas tomber dessus.


Hé oui, hier soir, alors que j’avais prévu de mater Masterchef, je me suis laissée embarquer à regarder la 3ème saison de Baby Boom.

  
J’avais résisté quasiment une semaine sans être tentée de la regarder, malgré les commentaires que j’avais pu lire par ci par là sur Facebook, et me voilà qui craque lamentablement à 3 mètres du pot de sangria qu’affectionne tant Bigard.


Et comme vous le lisez, puisque ce billet est le second que je publie concernant cette émission (souvenez-vous, l’année dernière à peu près à la même époque), ce premier opus m’a marquée.

Car cette année, ils ont vraiment fait très fort, et ce, dès le premier épisode : je ne comprends d’ailleurs pas comment ce programme n’est pas encore sponsorisé par Kleenex.

Figurez-vous qu’ils nous ont trouvé plus efficace que le bébé que l’on accouche en catastrophe : en 2013, Baby Boom nous a présenté Camélia (si tu n’as pas vu l’épisode, ça ne te dis rien ; si tu l’as vu, tu brais peut-être encore).


Camélia, c’est un bébé né sous X. On voit naître cette petite fille sous le regard des caméras et, tout au long de l’épisode, on assiste aux soins et à la tendresse bien méritée que lui prodigue l’équipe de la maternité. Pour bien t'enfoncer, on a droit aussi à la retransmission des conversations des puéricultrices et des sages-femmes sur l’avenir de cette petite fille, sur le fait qu’ayant été abandonnée par sa mère à la naissance, elle se trouve comme déracinée.

On te dit aussi que la petite fille va peut-être rester aux bons soins du personnel de la maternité pendant plusieurs mois, le temps de décider de son avenir. Çà, c'est le coup de grâce.

Pour vous donner une idée du niveau d’humidité lacrymale, rien que de prononcer le prénom « Camélia », tu sais que tu peux attraper le paquet de mouchoirs.


Heureusement, il y aussi ce couple que l’on suit en même temps, qui a bien du mal à accorder ses violons et qui dédramatise du coup l’émission : on passe du rire aux larmes en moins de temps qu’il n’en faut à François pour nous inventer une nouvelle taxe !


Non, là, je dis bravo. Car le sujet est sensible et donne à réfléchir, quel que soit son vécu sur la question et même si on n’en arrive toujours à la finalité à dire : il y a du pour (le bébé va faire le bonheur d’une famille, qui va le rendre très heureux, du moins je l’espère) et il y a du contre (ce bébé ne connaitra jamais sa vraie mère et sera peut-être toujours en quête de sa véritable identité).


Après un premier épisode aussi humide et difficile, humainement et sensiblement parlant, tu pourrais te dire : « C’est bon, je ne regarde plus l’émission, j’ai la tronche de Jeanne Moreau et des yeux de lapin russe ». Alors, pour que l’audience ne se fasse pas la malle le coup d’après, au moment du générique de fin, tu as un petit bandeau qui passe, qui t’apprend que 4 jours après la fin du tournage, la mère de la petite Camélia a changé d’avis et a repris sa fille. Sur sa lancée, elle l’a même rebaptisée : exit Camélia. 


Là, tu ressens un soulagement incroyable. Et tu n’as du coup plus d’excuses pour ne pas regarder le second épisode : tout est bien qui finit bien, le bébé a retrouvé sa mère, qui n’est plus cette grosse truie violette (oui, j'ai révisé mon Bigard) que tous les spectateurs se sont mis à détester sans même l’avoir jamais vue. Moi je dis : champion du monde.


Néanmoins, si tu es un peu déprimé, je te conseille plutôt de regarder Masterchef.


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 20 septembre 2013

J'vous ai pas raconté ?



Non, je n'ai pas rédigé de billet à l'occasion de la rentrée scolaire. Pourtant, j’ai bien conscience de la faible couverture bloguesque sur le sujet, hum.

Ce n'est pas une quelconque rébellion de ma part ou une subite envie de me démarquer des autres blogs, pas du tout. C'est tout simplement parce que je n’avais rien à dire. Ou en tout cas, pas grand-chose.

...

Bon d’accord, puisque vous insistez, je vais vous raconter la rentrée des loulous. Brièvement, hein.


Je vous ai mis une photo de Franck Dubosc :
ça change des photos de cartables et de manteaux accrochés au vestiaire !

Mon Grand a intégré le CE1, son précieux cartable Tann’s vissé sur le dos. Je pourrais résumer sa rentrée par cette phrase : une tape dans la main d’un de ses meilleurs copains et ça repart. "Trankille" comme dirait l'autre (tout du moins en surface, je connais mon zouave...)

Néanmoins, après un peu plus de deux semaines d’école, je peux vous dire que le rythme est soutenu et que la masse de devoirs est relativement importante, surtout la veille pour le lendemain. Mon Grand, qui pourtant fait preuve d’une certaine résistance à la fatigue, a du coup un peu de mal à reprendre le rythme. Et puis le froid et la mousson que nous avons connus ces derniers jours n’arrangent rien. Mais, pour se consoler, sa maîtresse semble sympa et son meilleur copain est dans sa classe, alors pour l’instant, ça va.

La Princesse fait désormais partie des moyens. Elle m’a d’ailleurs bien fait remarquer qu’il fallait maintenant qu’elle attende pour déjeuner à la cantine : les petits d’abord ! Grandir n’a pas forcément que des avantages…

D’ailleurs, grandir, elle et son frère s’y sont bien attelés cet été, si j’en crois les jeans ressortis du placard où ils avaient séjourné plus de 2 mois sans voir le jour et qu’il n’est plus nécessaire de retrousser. Je veille au grain, du coup, à l’affût d’un éventuel feu de plancher.

Si les enfants grandissent, moi j’ai pris un de mes coups de vieux annuels (on ne grandit plus à mon âge, c’est même plutôt l’inverse si j’en crois ma dernière visite médicale…). : la Princesse a fêté ses 4 ans la semaine dernière. Elle nous avait réclamé « un gros gâteau au chocolat avec plein de bougies »  : je n’ai pas pu m’empêcher de lui dire qu’elle aurait bien le temps d’avoir un tas de bougies sur le gâteau, trop même.

Sa rentrée s’est aussi bien passée, sans larmes – « on ne pleure plus quand on est en Moyenne Section maman : on n’est plus des bébés » : si tu le dis… Si vous vous souvenez, la Princesse a fait son bébé quelques mois l’année dernière, en Petite Section. Mais maintenant, c'est terminé, elle connaît les maîtresses et tous les intervenants de l’école, c’est une habituée des lieux et elle a donc très vite repris le rythme de l’organisation de sa journée. Et puis, surtout, sa meilleure copine est encore dans sa classe cette année. Une rentrée sans – mauvaise - surprise, en somme. 

Voilà, voilà, c'était donc un bref aperçu de la rentrée 2013 - 2014 des loulous ... pour toi public ! ;-)

Et chez vous, c'était comment cette année ?



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 17 septembre 2013

Napolitain lance sa Mood Box pour les gourmands… mais pas que ! (+ giveaway)



Je ne suis pas très portée sur les boxes en tous genres, enfin si j’exclus le coffret Tiniloo que j’avais bien aimé l’année dernière. Pourtant, lorsqu’on m’a proposé de recevoir la nouvelle Mood Box de Napolitain, hé bien, ma gourmandise n’a pas su résister... surtout quand je me suis intéressée de près à son contenu.

En effet, la marque bien connue de biscuits Napolitain propose depuis le 12 septembre dernier sur son site Internet dédié et, pour les parisiens, à La Grande Epicerie du Bon Marché, dans le 7ème arrondissement, 4 Mood Box au prix unitaire de 10 € (les frais de livraison sont gratuits sur le site Internet).
 
Sans surprise, vous trouverez dans chacune d’entre elles une boîte de 6 biscuits Napolitain saveur chocolat – framboise, emballés individuellement (c’est plus pratique pour les emmener au bureau... et donc grossir tout seul devant son écran) ainsi que du thé parfumé pour faire couler.
Mais cette box n’est pas remplie que de biscuits (sinon quel intérêt : autant aller au supermarché du coin faire le plein !). 4 boxes sont disponibles : l’Energy Box, la Beauty Box, la Relax Box et la Gourmande Box. Chacune d’entre elles a un contenu différent, que l’on peut choisir en fonction de ses envies ou de ses besoins, tout simplement :
  1. L’Energy Box est la plus punchy des quatre (et j’en ai bien besoin en ce moment, moi, tiens) : elle suggère de se (re)mettre au sport avec le cahier corps de rêve des Paresseuses, le sac de sport tube, le fit band et la serviette microfibres. C'est la box qui permet de se racheter, une fois le paquet de gâteaux descendu !
  2.  La Beauty Box (ma préférée, normal, elle est moins physique) : elle contient le cahier de Beauté des Paresseuses (ça me convient bien ça), une pochette les Parisiennes avec un mascara, un vernis « Framboise by Napolitain » et un soin intensif pour les cheveux (le Dove dont je vous parlais dans la dernière nécro et que j’aime beaucoup).
  3. La Relax Box : on y trouve le cahier la zen attitude des Paresseuses (moi aussi zen beaucoup : ah, on me souffle dans l’oreillette que quelqu’un l’a déjà faite celle-là). Il y aussi une paire de chaussettes confort avec sa bouillote, puis histoire de remonter le niveau de sexytude (parce que là, avec la bouillotte et les chaussettes, la pente est glissante tout de même !), le vernis « Framboise by Napolitain » et un shampooing purifiant.

  4. Enfin, la petite dernière, la Gourmande Box (ça me parle, ça) : le cahier les Bons petits plats des Paresseuses s'y trouve, ainsi que des moules à cupcakes, un stylo chocolat, des marques-verres fleuris et des serviettes en papier, pour faire comme Nadine de Rotschild.
Ceci n’est qu’un aperçu du contenu, c'est pourquoi je vous conseille d’aller faire un tour sur le site Internet Napolitain Mood Box pour voir le reste et choisir la box qui vous plaît le plus. Ben oui, parce que j’en ai une à faire gagner à l’un d’entre vous ! 

Pour participer à ce giveaway, c’est simple : il suffit de compléter le formulaire ci-dessous en indiquant  obligatoirement votre pseudo, votre e-mail et la Mood Box que vous souhaiteriez recevoir si vous gagnez. 

Chaque relais sur Facebook, Twitter ou Hellocoton rapporte une chance supplémentaire cumulable pour le tirage au sort, que j’effectuerai avec mon pote Random.org. Le concours commence dès la publication de ce billet et prendra fin le 25 septembre 2013 à 23h59. Le jeu est réservé à la France métropolitaine - désolée Sandra ;-) - à raison d’une participation par foyer et uniquement par l'intermédiaire du formulaire (aucune participation en commentaire du billet ne sera prise en compte, oui, je sais, je suis dure avec vous).

Sur ce, bonne chance à tous !





Edit du 26 septembre 2013 :

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce giveaway vous a plu : vous êtes 143 à avoir joué, pour un total de 324 "tickets" distribués (par le jeu des relais) !

Mais il n'y aura qu'un gagnant et c'est Random qui l'a choisi : c'est le numéro 146 (l'image est pourrie, j'ignore bien pourquoi d'ailleurs).



Il s'agit donc de Rahne Wolfsbane : Bravo ! Je te contacte par e-mail tout de suite !

Il me reste à remercier tous les participants, ainsi que la marque pour ce joli lot !


Rendez-vous sur Hellocoton !