vendredi 29 juin 2012

Payer pour avoir une réduction : mais bien sûr...

Mercredi soir, comme à chaque fois le premier jour des soldes, nous avons eu droit à l'inévitable marronnier sur les grandes chaînes de télévision: le type qui se faufile sous le rideau de fer à l’ouverture du magasin et celui qui se jette sur les téléviseurs soldés. Ça, c'est de l'information. 


J’aime bien les soldes. Il y a encore quelques années, j’étais limite de poser un RTT le premier jour pour aller faire flamber la Visa. A l’époque, avec deux enfants en bas-âge qui te ruinent au bas mot deux tenues par jour de leurs restes de nourriture ou de leurs restes de pipi / caca (voire les deux en même temps), j’étais du genre à dévaliser les rayons enfant des magasins de vêtements, dès la première démarque. C’est qu’il fallait être organisée et rapide : se diriger directement vers le rayon à piller après un repérage en règle les jours précédents, être rapide pour lire les tailles et prendre son mal en patience en caisse. 

Mais depuis l’instauration des soldes flottants, qui permettent de se procurer un peu de merdier (j'aime toujours Roland Magdane) à prix réduit à plusieurs moments de l’année, les "traditionnelles" soldes, ce n’est plus vraiment ça.

Il y a encore quelques années, si tu n’avais pas fait tes achats la première semaine du rush des soldes de janvier et de juin, tu ne retrouvais dans les magasins que les escarpins taille 45, les robes taille XS ou XXL et les t-shirts invendus des 2 saisons précédentes. Maintenant, il n’est pas rare d’avoir un bon choix de tailles jusqu’à la troisième démarque. D’ailleurs, j’ai déjà croisé des mères de famille passer en caisse une pile de vêtements sur les bras la dernière semaine des soldes. Un conseil dans ces cas-là : reposer l’unique paire de chaussettes qui te faisait de l’oeil et revenir plus tard, au risque, au mieux, d’arriver en retard au bureau, au pire, d’être propriétaire d’une nouvelle paire de varices.

Un autre phénomène s’est beaucoup développé, à mon plus grand plaisir d’ailleurs : les ventes privées. Il faut être cliente du magasin pour pouvoir avoir accès aux ventes privées et, la plupart du temps, posséder la carte de fidélité. Chez DPAM, par exemple, elle est gratuite et tu peux parfois bénéficier de 10 % de remise supplémentaire sur les promotions ou les soldes, ce qui est toujours bon à prendre. Par contre, chez Promod, notamment, elle est payante (6 € quand même) pour pouvoir bénéficier de prix réduits avant tout le monde : tu payes une fois et elle reste valable si tu fais au moins un achat dans l’année. Mais il y a pire : chez Okaidi, tu payes une cotisation chaque année de 4 €.

Je l’ai déjà dit, je suis du genre radin. Alors je vous laisse imaginer ma tête quand on m’a proposé de payer une carte de fidélité la première fois : j’ai bien cru que l’oursin du porte-monnaie allait se faire hara-kiri !  Je peux vous dire que le dernier qui m’a vu débourser ne serait-ce qu’un centime pour avoir une réduction n’est pas jeune… Si la boutique s’appelait Chanel ou Gucci, je signerais tout de suite (ça enverrais du pâté, une carte de fidélité chez eux !) mais ce genre de pratique dans des boutiques comme Tape à l’œil, faudra m’expliquer. Il est vrai que les cartes de fidélité ne proposent pas que la possibilité de participer aux ventes privées, il y a quelques autres avantages mais je pense néanmoins que ça reste l’avantage phare.

Je vous avouerais par ailleurs que ce que j'ai vu en soldes dans les magasins depuis mercredi ne m’a pas donné envie d’appeler Cetelem. J’ai fait quelques achats (notamment un foulard chez DDP à 2 € !) mais j’ai vu beaucoup d’articles à -20 % voire -10 % : j’appelle ça une remise, pas des soldes. Chez Promod (décidément), j’ai vu une blouse soldée même pas 2 € de moins par rapport au prix de départ (la preuve ici) : j'ai l'impression que les soldes, c’est plus vraiment ça…

Et vous, z’avez fait des affaires ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. ptdrrrr, 10%, c'est se foutre du monde. Perso, je n'achète aux soldes qui si le prix est bien soldé, c'est à dire, minimum - 30% sinon je passe mon tour.

    RépondreSupprimer