"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)


Bonsoir à tous,

Permettez-moi tout d'abord de me présenter car il est vrai que j'arrive ici un peu comme Nabilla dans une bibliothèque : je suis l'oursin du portemonnaie. Vous me connaissez, je le sais, la taulière vous parle très souvent de moi.

Vous devez vous demander pourquoi je prends la parole aujourd'hui ? Hé bien, tout simplement parce que la taulière est en congés avec les enfants et qu'elle n'a malheureusement pas beaucoup de temps pour le blog  (mais elle y travaille car elle a des masses de trucs à vous raconter, m'assure-t-elle). Du coup, elle m'a demandé de la remplacer : en contrepartie, elle accepte de ne pas se rendre dans un magasin d'ici la fin de ses vacances :-)

La période des fêtes est toujours un peu difficile, il faut bien le dire : on boit trop et on mange beaucoup à longueur de journée et il reste au final peu de temps pour avoir une activité normale. Ce qui n'est pas plus mal dans un certain sens puisque c'est toujours autant de temps où l'on ne dépense rien. Mais tout ceci ne durera qu'un moment : bientôt elle retournera se reposer au bureau bosser et sera de nouveau soumise à l'irrésistible tentation du vidage de portemonnaie. 

Pour ma part, Noël est une période de l'année que je n'aime pas du tout. Comme les périodes de soldes d'ailleurs. Je me fatigue beaucoup car je dois être très vigilant sur les comptes familiaux, sachant que les moins d'1,50 mètre qui vivent ici sont une source incroyable de dépenses à cette période : entre les cadeaux, les tours de manège pour les occuper et reposer nos oreilles, j'ai craqué mon slip plus d'une fois ces dernières semaines.

Heureusement, parfois, ma radinerie m'offre quelques bons moments de rigolade.

En effet, j'ai une pensée émue pour tous ceux qui ont couru les échoppes pour acheter, ici un coffret cadeau dans une parfumerie, là une tenue pour les petits neveux, ici une paire de chaussures pour faire plaisir à leur douce moitié, et ce, avant la date fatidique du 25 décembre, histoire de mettre le cadeau sous le sapin.

Et je me suis payé une bonne tranche en imaginant la tête qu'ils ont dû tirer lorsqu'ils ont ouvert leur messageries électroniques le 26 décembre.

Une première fois à la lecture de l'e-mail de Marionnaud annonçant une promotion de 25 % à 30 % sur les coffrets de parfums. Ceux-là même que l'on payait plein gaz l'avant-veille encore.

Une seconde fois lorsque Sarenza nous a offert une réduction de 30 % sur TOUTE sa boutique : la taulière a d'ailleurs immédiatement lâché ses casseroles pour s'acheter la paire de bottines qu'elle convoitait depuis plus de deux mois et que je lui avais formellement interdit d'acheter à moins de bénéficier d'une réduction d'au moins 30 %.

Une troisième fois quand Vertbaudet a invité ses clientes à ses ventes privées (quoique j'ai bien failli m'étrangler quand je me suis aperçu que l'ensemble acheté à la petite dernière il y a 2 mois était maintenant en promo à - 60 %). Ma vengeance sera terrible.

Une quatrième fois lorsque j'ai lu qu'Etam offrait - 40 % sur quasiment toute ses collections lingerie et prêt-à-porter, donc sur tout... enfin sauf sur cet ensemble de lingerie sur lequel bave la taulière depuis plusieurs mois mais qui se trouve systématiquement exclu de toute promotion. Je n'aime pas les basiques moi non plus : jamais soldés...

Mais le meilleur moment, c'est tout de même quand la taulière s'est précipitée le 27 décembre matin pour ne rien rater des ventes privées Esprit. Elle attendait ça depuis le samedi précédent, lorsqu'elle a reçu le carton d'invitation, et ce avec d'autant plus d'impatience que c'était bien la première fois que la marque organisait ce genre d'opération.

Et j'ai bien cru qu'elle allait se mettre à danser le haka quand elle a reçu le mardi suivant un deuxième carton lui annonçant qu'elle avait droit à un bon d'achat supplémentaire de 6 €. Alors, quand elle s'est paluché tout le site hier matin pour rechercher les fameuses étoiles qui devaient figurer sur les articles concernés par la vente privée et qu'elle s'est aperçu qu'il n'y en avait qu'une poignée, j'étais à deux doigts de la prendre en photo pour me souvenir de ce moment jusqu'à la fin de mes jours.

Il y a de petits bonheurs comme ça qui font que la vie vaut d'être vécue. Me voilà du coup revigoré pour la période noire qui s'annonce : le début des soldes le 8 janvier. Et le challenge s'annonce sérieux car la wish-list de la taulière s'allonge aussi vite que la file des chômeurs inscrits chez Pôle Emploi. Reste à espérer un bug de cartes bancaires ou un armaggedon ce jour-là mais c'est tout de même peu probable.

Quoique...

Ne dit-on pas : "Tout vient à point à qui sait attendre" ? Et mon niveau de patience est infini : forcément, ça ne coûte rien...

Ca me fait penser à la taulière quand elle attend l'ouverture des ventes sur Vente Privée

Commentaires

  1. et ici on a un peu eu le sboules, une fois le panier vente privée vert baudet validé de lire sur fb qu'avec un certain code il y avait encore 10% de plus ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça peut te rassurer (et si c'est le code donné par carine mamjoza), il ne fonctionne pas :-(

      Supprimer
  2. ici aussi jattends parfois lheure pour les ventes prives sur vp.com mais là jai fait du shooping sur la halle 5 article a -50% j'ai pas eu envie de patiente

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pourquoi, c'est pas mon site qui ma mis en signature mais bon .. le voici : https://lafabuleusetoulousaine.wordpress.com/ .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire