Je suis une brune expressive... Enfin, c'est Camille qui le dit !


Je n’ai jamais mis les pieds dans un salon Camille Albane - je ne sais d'ailleurs même pas s'il en existe un dans mon coin - mais j’ai tout de même eu l’occasion de tester un de leurs soins, vendu dans leurs salons de coiffure : il s’agit du shampooing éclat au guarana, un arbuste issu de la Forêt Amazonienne dont la graine rouge (d'où la couleur du flacon) se caractérise par une forte concentration en caféine.




Ce shampooing s’adresse aux cheveux colorés (enfin pas directement, hein, disons à la personne qui les possède), dans les tons bruns. Mais attention : il est précisé "bruns expressifs" - ça tombe bien, j'ai plein de choses à dire :-)  

J'ai gagné ce shampooing sur le blog d'Eamimi et j’ai bien failli ne jamais pouvoir le tester : le flacon est arrivé complétement éventré dans son colis (la réputation de délicatesse de la Poste n’est plus à faire). Alors la marque m’en a envoyé un deuxième flacon, ce qui est très sympathique de sa part. 

Ce shampooing coûte 17 € les 250 ml : inutile de vous dire qu’il y avait peu de chances d’en voir un flacon sur la baignoire autrement que par l’intermédiaire d’un concours ou d’un test produit pour le blog. 

La première originalité de ce shampooing, c’est son système d’ouverture : il suffit de tourner la partie argenté vers la droite pour l’ouvrir (et donc vers la gauche pour le refermer, si vous suivez bien, hein). J’aime bien cette innovation car cela permet une bonne conservation du soin mais aussi d’éviter la formation d’un dépôt tout sec au niveau du bouchon. Sans compter les dégâts qui pourraient être causés par les petites mains curieuses qui tenteront vainement de l’ouvrir « pour voir ce que ça sent ».

J’aime bien la couleur originale du flacon et son plastique bien épais : malheureusement, il est un peu glissant lorsque l’on a les mains mouillées. Il a d’ailleurs fait un double lutz piqué - c'est d'actualité avec Quetchi Sotchi - dans la baignoire un beau matin et a atterrit heureusement sans encombre : un deuxième flacon pété et ça commencerait à flairer la malédiction. 

Concernant le shampooing par lui-même, il faut bien avouer que sa couleur brunâtre n’est pas très engageante. D’autant plus qu’il est tout de même assez épais. Et c’est là tout le problème : j’ai trouvé ce soin très difficile à rincer, malgré un lavage soigneux et prolongé. J’ai même soupçonné plusieurs fois la présence de quelques résidus de shampooing mal rincé une fois mes cheveux secs : j'avais l'impression qu'ils étaient un peu poisseux sur l'arrière du crâne. 

L’autre problème que j’ai rencontré avec ce shampooing, c’est sa durée de vie : certes, 250 ml, c’est peu, j’en suis consciente. Mais il m’a fallu utiliser plus de produit que je n’en ai l’habitude avec d’autres marques car j’avais beaucoup de difficulté à le faire mousser et à bien l’étaler sur ma crinière de rêve, ce qui peut aussi expliquer mes problèmes pour le rincer correctement, d'ailleurs.  

J’ai donc un avis mitigé sur ce soin. C’est d’autant plus dommage que j’ai trouvé que ma couleur était brillante et que mes cheveux, tous soupçons de résidus de shampooing mis à part, étaient brillants et légers. Son parfum caféiné est également agréable et pas trop prononcé. 

J’avais pourtant lu des avis plutôt positifs sur la blogo concernant ce soin, notamment en raison de sa composition sans silicones, et je fus d’autant plus surprise des soucis de rinçage que j’ai rencontrés. 

Je ne rachèterai donc pas ce shampooing (l’oursin du portemonnaie est soulagé) et je m’attelle désormais à un test de soins capillaires bio qui s’avère olfactivement inhabituel : je vous en parle très vite.

 

Commentaires

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)