jeudi 18 février 2016

"Mais tu n'es pas là...


... et si je rêve, tant pis, quand tu t'en vas, je dors plus la nuit"... Non, Richard, désolé de te contredire, en ce moment, ce serait plutôt : "je dors MIEUX la nuit". 

Ben oui, depuis deux semaines, personne ne nous réveille à 2 plombes et demie du mat' en pleurant à chaudes larmes, tout ça pour nous annoncer un terrible et impitoyable : "J'ai soif", alors qu'on paniquait déjà à l'idée de faire face à un visage rougeaud avec au moins 40°C de fièvre.

Mais il y a pire : parfois, des hurlements stridents se font entendre au beau milieu de la nuit, te tirant, toi et peut-être même ton cher voisin, d'un sommeil aussi agréable que réparateur et te faisant sauter de ton lit pour arriver au chevet de l'éplorée, qui te lâche un : "J'ai perdu mon doudou." Aaaahh ! Là, instinctivement, tu grommelles un "On s'en fout" : non pas bien. Et puis, une fois bien réveillée et complètement énervée, en parent responsable, tu réponds : "C'est normal, on est samedi, il est 4 heures du matin, il n'est pas encore rentré de boîte. Dors, tu le verras demain."

Mais, depuis deux semaines donc, les nuits sont calmes. Non pas que nous soyons particulièrement fatigués, au point de dormir comme des bûches, mais tout simplement parce que les loulous sont partis se mettre au vert, chez leurs grands-parents. La transhumance des vacances scolaires quoi, ce à quoi j'ajouterais : "Changement de pâture réjouit les bœufs". Car ne va pas t'imaginer qu'ils s'ennuient là-bas : ils mangent des gaufres, des crêpes, des moelleux au chocolat à tire-larigot, regarde la télé à loisir, tout au moins davantage qu'à la maison, et sont dispensés d'y faire leurs devoirs (c'est une joyeuse activité qui nous est réservée).

Alors, nous autres Papa est occupé et moi, sommes passés en mode "parents sans enfants" pour deux semaines. Bien. Il y a encore quelques années, j'avais du mal à m'habituer à la situation, il me fallait bien 2 ou 3 jours pour m'y faire et pour supporter ce silence monacal à la maison... mais ça, c'était avant. Car, maintenant, avant même que les valoches soient chargées dans le coffre de la voiture, on commence à se planifier les sorties : un ciné et un resto, dès le 2ème jour, soyons fous. Qui plus pour voir un film même pas pour les enfants, un truc d'adulte : Les Saisons, une très belle réalisation qui ravira les amoureux de la nature et les amis des animaux, soit dit en passant.

La preuve par l'image : un ciné en plein coup de feu en temps scolaire !

Il faut dire que j'avais gagné une place, il fallait bien l'écluser. Après le ciné, direction le resto, où on on a pris l'apéro tranquillement, avant 20h, un truc de ouf : d'habitude, le temps d'enquiller les corvées, on commence à apprécier son shot au bas mot vers 20h15.

Et puis on a fini par un truc exceptionnel, qui ne nous est pas arrivés... depuis notre dernier cinoche en amoureux. Il y un an, quand nous sommes allés voir Le Dernier Loup. On est rentrés à la maison à 22h30. En pleine semaine. Ouais, même pas fatigués. Même que les loulous n'en revenaient pas quand on leur a dit. Ben oui, on les a mis au courant quand même qu'on sortait, pour ne pas qu'ils nous téléphonent pendant la séance et qu'ils fassent la gueule en pensant que l'on avait volontairement refusé leur appel. C'est arrivé au début, on s'est pris un boudin de 3 jours, on a compris, on ne recommencera plus, promis. Pas envie de passer pour des parents indignes non plus.

J'avoue quand même qu'on l'a fait petit joueur par rapport à la Saint-Valentin, qui tombait cette année un dimanche. Hé bien, on n'a pas eu le courage de sortir au ciné - pour la deuxième fois dans la même semaine, quel événement ! - pour aller voir Deadpool (un film de super-héros pas pour les moins d'un mètre 60, même moi je peux tout juste y aller sans que m'on me propose un réhausseur) et pas assez faim pour un resto. Du coup, on a fait la bouffe en moureux et on s'est plantés devant le replay de Chasseurs d'appart, une émission que les vieux comme nous apprécions. Même qu'on s'est un peu échauffés, l'alcool aidant, devant les deux jeunes cadres dynamiques, là, avec leur air d'avoir inventé le beurre, qui ont fait la fine bouche devant une belle baraque pas chère, qui nous plaisait bien, à nous. C'est vrai, quoi, les gens sont difficiles quand même. Et puis cette manie de vouloir des graaaaaaaandes baraques avec des graaaaaaaaaands terrains : faut vraiment avoir envie de passer ses week-ends à récurer et à tondre.

Autre truc de guedin, un petit plaisir solitaire des vacances : cette semaine, je suis allée... à la bibliothèque municipale !!! Encore plus incroyable, j'ai emprunté un bouquin (commençons modestement). Et même que j'ai déjà commencé à le lire le soir même. Flutain, je n'avais pas mis les pieds dans la bibliothèque du bled depuis le dernier titre de Rick Astley. Ça date, recompte bien. Je me suis promise d'y retourner, régulièrement j'espère, et peut-être même d'y traîner le Grand : j'y ai vu des Marvel, ça va l'appâter, ça, c'est certain.

D'ailleurs, voilà que les deux semaines tirent à leur fin et que les loulous seront demain sur le chemin du retour à la maison. Non, pas déjà, non. Ben ouais, ils nous manquent pas mal quand même et on a hâte qu'ils rentrent. Il est même fort possible que lors du prochain réveil nocturne, on soit sympas et presque pas énervés. Enfin, peut-être.






Rendez-vous sur Hellocoton !

18 commentaires:

  1. Eh ça fait du bien ces quelques jours sans enfants ! Nous nous n'avons pas se bonheur, profitez bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On profite, on n'a pas le choix, que veux-tu ! ;-)

      Supprimer
  2. mdr te lis avec ma soupe devant chasseurs d'appartements ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est addictif comme émission, on en a encore regardé deux épisodes hier soir.

      Supprimer
  3. J'ai encore du mal à laisser mes filles!! 3 jours chez mes beaux-parents, puis 2 jours chez les miens, je me sentais perdue (pourtant j'ai pu les voir 1 heure entre leur 2 séjours). Nous nous sommes quand même fait un bon restaurant en amoureux et ça c'est le kiff: pas besoin de couper la viande qui se trouve dans une autre assiette que la tienne, pas de verre renversé, pas besoin d'emmener une petite vessie aux toilettes... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des bons côtés et du moins bon : ici, tout est rentré dans l'ordre !

      Supprimer
  4. ca fait du bien parfois de se retrouver (le couple) sans enfants

    RépondreSupprimer
  5. Comment ça Doudou ne rentre pas et s'éclate en boîte, au lieu de gérer les nains pour que Papa et Maman puissent dormir?! Pas cool! Si même les Doudous deviennent indignes, où va t on?

    RépondreSupprimer
  6. Whouhouuuuu vive la transhumance!!! (excusez-moi c'est le martini qui parle...) Nini, nouvelle recrue et tellement contente de l'être

    RépondreSupprimer
  7. "Chasseurs d'apparts", cette tuerie! Et Stephane Plazza, je l'inviterais bien à boire l'apéro chez moi. Bref, je m'égare. Très rigolo ton billet! Gros bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le trouve plutôt bon en tant qu'agent immobilier. Mais il est définitivement trop maladroit !

      Supprimer