Comment nous avons visité gratuitement le Domaine de Chantilly - 2ème partie


Je continue mon récit de ces deux superbes journées que nous avons passées la semaine dernière au Domaine de Chantilly (la 1ère partie est à lire ici).

Après avoir découvert le Parc et pris un peu le frais en forêt, nous sommes entrés dans le vif du sujet : l'après-midi de notre premier jour sur place, nous avons visité le Château.

Je vais vous donner la première impression qui m'est venue lorsque nous avons commencé notre visite par les appartements qui ont été habités par les Princes de Bourbon-Condé au XVIIIème siècle, puis réaménagés par le Duc d'Aumale au XIXème siècle : il est difficile de ne pas penser que Chantilly a un petit je-ne-sais-quoi du Château de Versailles. Je ne l'ai encore jamais visité mais j'ose croire que je pourrais y voir ces mêmes parquets, ces moulures, ces pièces en enfilade et ces superbes objets d'époque, comme ce coffret par exemple :


La plupart des photos ont été prises par le Grand, qui s'est découvert une vocation de journaliste au fil de la visite

Les pièces sont richement décorées, tout à fait représentatives de l'époque, comme on pouvait s'y attendre, pour autant, cette partie du Château n'est pas celle que je l'ai plus appréciée. Ceux qui me connaissent seraient très surpris de lire ceci car ils savent bien que je suis aussi férue de peintures que François Hollande de régimes et pourtant : j'ai adoré visiter le Musée de Condé qui se trouve à l'intérieur du Château et qui renferme plusieurs galeries de peintures absolument remarquables, avec une collection d'oeuvres très fournie et patiemment constituée par le Duc d'Aumale.

Je ne connais pas grand-chose en termes de peinture, je le reconnais sans problème, mais j'ai apprécié de pouvoir admirer des œuvres aussi connues que celles de Corot, d'Ingres, Delacroix ou de Raphaël (notamment Les Trois Grâces). Nous avons là la seconde collection de peintures anciennes après celle du Louvre et c'est vraiment une partie du Château à visiter absolument, d'ailleurs nous y avons passé une bonne partie de l'après-midi, avec un intérêt aussi grand qu'inattendu, pour des gens qui comme moi sont un peu, voire même beaucoup, incultes en termes de peinture.

Cette partie du Château renferme également d'autres trésors : en arrivant, une fois gravies les quelques marches de l'escalier d'honneur, on accède à la Galerie des Cerfs, décorée dans le style Renaissance, avec ses murs recouverts de tapisseries du XVIIème siècle, provenant de la célèbre Manufacture Royale des Gobelins. Le Duc d'Aumale utilisait cette pièce comme salle-à-manger pour recevoir ses amis chaque dimanche, avant de leur montrer sa magnifique collection de peintures : il les recevait en musique, grâce à la possibilité d'installer un orchestre au-dessus de la porte d'entrée, sur la tribune aménagée à cet effet.

Là où je me suis sentie davantage dans mon élément, moi qui adore la lecture, c'est en visitant le Cabinet des Livres du Duc d'Aumale. Ça, c'est de la bibliothèque ! L'une de celle dont chaque bibliophile averti adorerait pouvoir disposer ! Pas moins de 19 000 beaux livres y sont rangés, tous acquis chèrement et patiemment choisis par le Duc d'Aumale et encore : l'intégralité de la collection n'est pas présentée au public.

C'est une pièce très impressionnante, qui inspire le calme et le respect, tout comme la dernière partie du Château que nous avons visité : la Chapelle et son autel magnifique. Cet endroit est superbe : ce fut le clou de notre visite. A noter que cette magnifique Chapelle, comme l'ensemble du Château, a été reconstruite à l'initiative du Duc d'Aumale, après avoir été détruite sur ordre de l'Administration révolutionnaire (Ça ira, ça ira, oui mais visiblement pas toujours très bien).

En sortant de la Chapelle, nous avons terminé notre visite du Château par le Vestibule d'honneur et sa magnifique rampe frappée des initiales "H O", pour Henri d'Orléans, Duc d'Aumale, que l'on retrouve un peu partout dans le Château d'ailleurs.

La journée ayant été chargée en découvertes et en marche à pied, il était temps pour nous d'aller découvrir nos chambres d'hôtel à l'Auberge du Jeu de Paume, où nous allions passer la nuit. Après avoir récupéré la voiture et réglé le parking (4 € pour la journée), les enfants sont tombés sous le charme de leur chambre (et sous celui de la télé que l'on peut regarder de son lit surtout) :


La chambre des enfants comprenaient deux lits simples, avec la même Toile de Jouy en fond mais de couleur rose (ce que la Princesse a adoré, tu t'en doutes)

De mon coté, j'ai surtout apprécié la salle de bains, que j'ai mise à profit le soir même en prenant un bon bain délassant après cette journée bien remplie :


Je ne l'ai pas pris en photo mais la salle de bains est équipée d'un miroir grossissant, avec lequel je n'ai pu m'empêcher de me livrer à une chasse aux boutons en règle... histoire d'avoir une tête à faire peur juste avant de partir dîner au resto :-(

Nous avons été très malheureux, comme vous le constatez : très bien accueillis, bien que nous appréhendions un peu de ne pas être totalement à l'aise  - c'est que nous n'avons pas vraiment l'habitude de séjourner dans un 5 étoiles, heureusement pour l'oursin du portemonnaie, qui s'en remet difficilement d'ailleurs - le séjour s'est bien passé, le personnel étant très agréable et attentif.

Pour clore en beauté cette excellente journée, nous sommes allés dîner le soir même au restaurant Le Vertugadin, situé à deux pas de l'hôtel. Nous y avons été très bien reçus et sincèrement, nous nous sommes régalés, avec une cuisine moderne et ce, pour un prix raisonnable (en plus, ils prennent les tickets resto, que demande le peuple !) : de quoi reprendre des forces pour la journée du lendemain, qui s'annonçait elle aussi riche en découvertes puisque nous somme allés dire bonjour aux résidents des Grandes Ecuries...


à suivre...

Commentaires

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)