J'pète les plombs


Je vais vous parler d'un truc dont je ne suis pas fière. Tellement peu fière que je ressens le besoin d'écrire ici pour l'exorciser un peu, c'est dire. Parce que j'ai les boules. Parce que cette histoire me gêne. Parce que je ne sais pas comment rattraper le coup. Même si je me suis excusée.

Je vous explique : un début de journée normal et matinal à la casa. Les loulous se préparent pour partir à l'école. La Princesse est prête, elle regarde un peu la télé avant de partir, comme chaque matin. Je vaque à mes occupations, la préparation des goûters notamment, en attendant que le Grand finisse de mettre ses baskets.

Et c'est de là qu'est venu le drame : de ses baskets. J'ignore bien comment il s'y prend mais, bien que je lui ai déjà dit, redit et rata-redit d'ouvrir la basket au maximum en écartant le plus possible les lacets pour que son pied passe sans problème, à chaque fois qu'il les met, on se prend au bas dix minutes de geigneries et de râleries en tout genre, du style "je n'y arriverai jamais !", "je ne sais pas comment faire !", le tout avec des tirades dignes de l'Actor Studio, mais sans qu'à aucun moment, il n'ait l'idée de demander un coup de main ou de s'y prendre calmement. Non, systématiquement, nous avons droit au même cirque. A tel point que pour mettre ces baskets-là, très chouettes au demeurant, c'est devenu une véritable appréhension, pour lui comme pour moi d'ailleurs.

Et donc, de façon prévisible, ce matin, nous avons eu droit à un énième épisode de la série. Sauf que, j'ignore comment j'ai pris la chose mais j'ai pété un boulard. Comme ça, sans prévenir. Tout simplement je pense car, à force de râler et de se plaindre, sa sœur s'est mise à pleurer. Je pense que c'est ça, l'élément déclencheur : la voir pleurer alors qu'elle n'avait rien à voir dans l'histoire. S'en est suivi une litanie de reproches de ma part et une forte hausse du volume, dont je ne suis pas fière, en y repensant - et puis, à mon grand âge, ce n'est pas recommandé, de pareilles crises.

J'ai dit à mon Grand des choses que je ne pensais pas, j'ai déversé mon flot de colère, je lui ai reproché pleins de trucs, notamment de ne pas savoir faire ses lacets à son âge, de passer trop de temps sur sa console, de lui reprocher et de lui dire constamment les mêmes choses, sans qu'il fasse le moindre effort pour en tenir compte. Bref, je suis partie complètement en live. Un pétage de plombs en règle, quoi.

Heureusement, même si j'ai conscience que ça ne rattrape pas toutes mes paroles, nous nous sommes réconciliés sur le chemin de l'école, je lui ai même demandé pardon. Mais ça me reste en travers, ce comportement nul à chier que j'ai eu. Ça me hante, comme vous n'imaginez pas, tout simplement parce que ce genre de crise est complètement contre-productive et négative et qu'en plus, elle ne me soulage même pas : pire, je suis encore plus mal après.

Je crois donc que je vais me mettre à la relaxation parce que là, je crains pas mal quand même. Et je suis en pleine cure de magnésium, alors imagine le désastre autrement.

Et vous, ça vous est déjà arrivé, ce genre de grosse colère et les remords qui vont avec ? Histoire que je me sente moins seule... 

Sinon, j'ai trouvé ça sur Internet :


Je vais m'en imprimer un stock, que je vais garder à proximité, au cas où.


Commentaires

  1. Je compatis, c'est dur de péter un plomb devant les enfants. A mon avis, n'hésite pas à lui en reparler ce soir, rapidement, pour lui expliquer et t'excuser.
    Mais bon, dis toi aussi qu'ils voient nos failles de temps en temps, et que l'important c'est de revenir dessus. On ne peut pas être tout le temps dans le contrôle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain mais je n'aime pas ce genre de craquage...

      Supprimer
  2. C'est dur ce que tu as vécu. Je dirai comme Rose, de ne pas hésiter à en reparler. De voir son point de vue à lui.
    De savoir pourquoi il n'y arrive pas. A-t'il un manque de confiance en lui ? Pourquoi ?
    Peut-être aussi tu es en train de te remettre en question, ton mode de fonctionnement que ça soit sur les jeux sur les consoles, la télé, etc.
    J'ai un enfant qui aura bientôt trois ans et plus je l'éloigne de la télé et mieux je me porte et lui aussi.
    Attention, je ne te juge en aucun cas. J'explore des pistes.
    Courage ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve qu'il passe un peu trop de temps sur les écrans (console, télé, ordi) et je crois que, sans le vouloir, ça me travaille un peu.

      Supprimer
  3. Ca met arrivé de hurler comme une folle sur les garçons il y a un petit mois. Tim (7 ans) prenait un bain pendant queLù (4 ans) était dehors avec son père en train de jardiner. Et puis Lù est rentré et est allé jouer avec son frère dans la SDB. J'étais en train d'écrire une lettre de motivation pour un emploi que j'avais repéré quand j'ai entendu que ça dégénérait.

    Lùm était trempé de la tête au pied, en plus il avait gardé manteau et bonnet et ça gouttait de partout. Il avait aussi gardé ses chaussures pleines de terre et évidemment ils avaient inondés la SDB qui était noire.

    J'ai hurlé comme jamais ! J'avais fait la SDB le matin même, Lù était dans un état pas possible, ça m'a saoûlé ! Et en même temps, j'étais aussi en colère contre eux que contre moi... Parce que je n'avais qu'à écrire cette fichue lettre à un autre moment...

    Je me suis excusée ensuite, les enfants aussi. On a reconnu nos torts mais je me sens toujours aussi mal d'avoir hurlé comme une furie... :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien, je ressens exactement la même chose que toi. Je crois que le dialogue permet de résoudre bien des choses et de crever bien des abcès.

      Supprimer
  4. La fatigue, le stress... on se laisse parfois dépasser...
    ne sois pas trop dure avec toi-même... tu as ouvert le dialogue sur e chemin et ton loulou l'a compris <3
    et pis les responsables dans tous ça ce sont ces fichus lacets de chaussures !!!! pour quoi ne pas les remplacer par des lacets élastiques ( type u lace que tu trouves sur amazon)
    plein de bisous
    et apéro obligatoire avec ton loulou ce soir ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ce soir, ce sera difficile : école demain ! Mais vendredi, pourquoi pas ?

      Supprimer
  5. Je pense que ça arrive à tout le monde. Moi aussi parfois je me mets à hurler pour des choses qui paraissent anodines, mis c'est dû à leur cumul.
    Je crie, on se réconcilie, je culpabilise et on repart sur de bonnes bases.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un peu comme une cocotte-minute : il faut que la vapeur sorte à un moment ou à un autre !

      Supprimer
  6. Ça nous arrive à toutes... mais combien on regrette ces moments là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui... mais ça nous sert de leçon, à force.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)