Le troisième coup de vieux de l'année

Le deuxième semestre de l'année est marqué par 3 coups de vieux : l'anniversaire de la Princesse en septembre, mon propre anniversaire en novembre et l'anniversaire du Grand... précisément aujourd'hui.

En effet, il y a 6 ans jour pour jour, j'accédais à un nouveau statut : je devenais maman. 


Pour ma première grossesse, sur les 52 semaines et les 365 jours que comptent une année, j'ai trouvé très original et festif de passer le réveillon de l'An à la maternité : c'était raccord avec celui de Noël, où j'ai eu droit à une bouteille de Champomy à l'apéritif... 

Ce matin du 29 décembre 2006 donc,  j'ai tenu un bébé dans mes bras pour la première fois de ma vie : mon fils. Quand il est arrivé dans ma vie, bien que n'ayant qu'une connaissance très approximative de la manière de s'occuper d'un nourrisson, bizarrement, je n'ai pas eu peur de ne pas savoir m'y prendre avec lui : je n'ai pas ressenti de stress. Être mère, c'est naturel, c'est instinctif et surtout, oh surtout, c'est une chance : toutes les femmes n'ont pas la possibilité de le devenir. J'ajouterais qu'avoir un enfant en bonne santé, c'est un cadeau. Enfin, avoir un accouchement qui se déroule bien, c'est la cerise sur le gâteau. Moi, j'ai une chance incroyable, dont j'ai pleinement conscience, car j'ai eu tout ça.

Aujourd'hui, donc, mon fils a 6 ans et, quand je regarde sa photo prise à la maternité alors qu'il n'avait que quelques jours, j'ai l'impression d'avoir accouché il y a une éternité. C'est peut-être parce qu'il est difficile de croire que ce tout petit bébé que l'on a déposé dans mes bras il y a 6 ans, est devenu ce grand garçon, qui joue avec sa tablette à quelques mètres de moi, qui mesure maintenant plus d'1,20 mètre, chausse du 32 et saura - je l'espère - bientôt lire.

L'année de ses 5 ans fut éprouvante pour mon Grand : elle fut celle des prises de conscience et des efforts nécessaires mais payants. Il a su prendre sur lui et faire face à ses difficultés, en commençant par les reconnaitre et en acceptant d'y remédier, ce qui constitue déjà un bon point de départ. Je suis fière de ses résultats scolaires du premier trimestre, que je juge bons car fruit de beaucoup d'efforts de sa part, je le sais. Je suis également fière de l'enfant serviable et volontaire qu'il est devenu au fil des années, malgré son caractère de cochon (on se demande bien de qui il le tient d'ailleurs...).

Je crois qu'il a bien mérité son gâteau (celui en photo compensera celui que nous avons mangé ce midi, le cadeau de Noël de Picard, qui s'est littéralement effondré sous son propre poids en décongelant et qui ne nous a donc pas permis de poser les 6 bougies dessus... Je vous laisse imaginer ma joie) : je te souhaite un excellent anniversaire mon Grand !



Commentaires

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)