La fin d’une époque


Aujourd’hui, ma fille passe son dernier jour chez sa nounou (pardon, son assistante maternelle). Je ne suis ni triste, ni heureuse : pour moi, c’est la fin d’une époque et d’un passage obligé pour nous, parents indignes qui travaillons.

 
N’allez pas croire que je garde un mauvais souvenir de cette période ou que nos relations avec la nounou n’étaient pas bonnes, pas du tout. Disons que je suis mitigée.

D’un côté, je suis heureuse que ma fille entre à l’école au mois de septembre prochain : le temps des grands apprentissages est arrivé et je pense que ma fille est prête à les acquérir. Son cartable ne la quitte pas dans la maison (jusqu’aux toilettes, c’est vous dire), elle sait déjà reconnaître les couleurs et aime dessiner. Nul doute qu’elle fera une très jolie écolière - oui, parce que pour ne rien gâcher, ma fille est jolie, comme elle le dit elle-même – normal, elle ressemble à sa mère ;-).

D’un autre côté, la fin de contrat avec la nounou (désolée, assistante maternelle, c’est un mot trop impersonnel pour désigner la nounou de ma fille) marque aussi la fin d’une période maternelle, au sens premier du terme. Ma fille n'est définitivement plus un bébé. Le côté familial et rassurant de ce mode de garde pour ma fille n’existera plus à l’école (surtout quand je pense au dragon qu’elle risque de se farcir en tant que maîtresse, j’y reviendrais certainement dans un prochain billet) : j’espère que cela ne lui manquera pas trop et qu’elle saura s’adapter. Elle a créé des liens affectifs avec chacun des membres de la famille de sa nounou et je sais qu’ils lui manqueront.

Et puis cette fin de contrat marque aussi pour moi la fin de la période de garde de mes enfants puisque tous deux seront scolarisés à la rentrée. C’est donc la fin d’une époque, qui a duré 5 ans et demi en tout et nous a fait recourir à 4 assistantes maternelles différentes, au gré des grossesses et des déménagements de chacune. J’ai eu des affinités avec certaines, un peu moins voire pas du tout avec d’autres mais globalement tout s’est bien passé, même si quelque part je suis un peu soulagée d’en finir, surtout quand on pense au côté administratif et au temps nécessaire pour trouver THE nounou.

Nous avons eu recours à ce mode de garde, à la fois par choix et par nécessité. Par choix puisque nous souhaitions que nos enfants, surtout au cours de leurs premiers mois, évoluent dans une structure réduite et familiale afin de leur permettre de bénéficier de la plus grande attention possible et des meilleurs soins.

Par nécessité aussi puisque, malgré la présence et la construction de nouvelles crèches, les places sont toujours aussi chères. Dans certaines crèches, il faut même être issu d’une famille bourgeoise (« Vous comprenez, vous n’êtes pas Mme de ! »). J’avoue que tout est de ma faute, j’aurais dû penser à inscrire mes enfants sur liste d’attente à la Mairie vers 12 ans, lorsque mes premières règles sont arrivées, afin de bien assurer le coup.

Je ne pense pas que nous ayons à recourir de nouveau à l’avenir à une assistante maternelle car mon utérus est officiellement en retraite (décision prise conjointement en accord avec moi-même). Donc, ce soir, c’est fini et un nouveau cycle peut commencer…


Commentaires

  1. euh c'est quoi cette histoire de place en crèche réservée aux Mmes "de"???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui a été répondu à l'une de mes amies lorsqu'elle a voulu inscrire son fils dans une crèche de ma ville :-(

      Supprimer
  2. La mienne aussi entre à l'école en septembre, mais elle continuera à aller chez sa nounou en périscolaire! Puis après, la place de #2 est déjà réservée chez cette même nounou donc tu l'auras compris, ce n'est pas demain que je lui dirai adieu (et heureusement lol, je pense que ce moment sera traumatisant pour tout le monde!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais aimé pouvoir garder la même nounou pour les deux mais c'était impossible :-(

      Supprimer
  3. Ce moment n'est pas pour demain. Paquet n'a que 16 mois et j'espère que Nounou sera l'assistante maternelle du Deuz (pas encore en cours de fabrication!)

    RépondreSupprimer
  4. la crèche je n'ai jamais réussi à avoir une place pour mes deux derniers !
    comme tu dis on aurait dû les inscrire à nos premières règles rooooh !
    une nouvelle étape à franchir pour ta fille : la maternelle !!!

    RépondreSupprimer
  5. Comme tu dis, c'est une étape franchie. J'avoue que moi j'ai toujours une petite pointe de nostalgie dans ces cas-là!

    RépondreSupprimer
  6. c'est toujours plus ou moins compliqué les crèches... bon tu me diras trouver LA nounou c'est dur aussi, mais bon!
    Mon gnôme rentre aussi en maternelle en septembre, ça sent les posts sur les instit dès la rentrée! lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que nous allons avoir quelques billets sur le sujet !

      Supprimer
  7. Ah les crèches, ou le graal inaccessible..
    Ici j'ai eu la chance de dégoter LA nounou parfaite, celle dont je rêvais sans y croire, et en plus réputée pour être une des meilleure de ma ville (dixit une nana de la PMI).
    Tant est si bien que nous l'avons gardée pendant 2 ans après l'entrée en école de Petite Demoiselle, pour les mercredis.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)