Mes dernières lectures #3


La pauvreté télévisuelle de ces dernières semaines, dont la qualité s’est curieusement améliorée depuis le début de l’Euro 2016, histoire probablement de faire le poids face au foot en termes d'audiences, m’a fait passer de longues heures la tête dans un bouquin. Voici les 4 livres que j’ai terminés, chacun avec leur propre ambiance mais qui ont un point commun : ils m’ont tous énormément plu et je vous les conseille sans problème.




« Complétement cramé » de Gilles Legardinier

Il ne fallait rien de plus qu’un beau chat et une couverture couleur vert gazon pour attirer mon attention sur ce livre. A force de le voir en tête de gondole à la Fnac du coin, j’ai fini par me dire qu’il fallait que je me penche sur son cas. Ce que j’ai fait.

Le résumé :
"Arrivé à un âge où presque tous ceux qu’il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n’a même plus le cœur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays où il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien. Mais en débarquant au domaine de Beauvillier, rien ne se passe comme prévu… "
J’ai donc fait connaissance avec un chef d’entreprise qui décide un beau jour de changer de vie et de postuler en tant que majordome à l'étranger. Oui, je vous l’accorde, il fallait que l’auteur ait de l’imagination pour partir sur une idée de départ pareille.

Ce que j’ai aimé dans ce livre, avant tout, c’est l’humour de l’auteur, qui sait manier les situations cocasses sans jamais tomber dans la vulgarité ou la caricature.

J’ai lu ce livre en toute décontraction : c’est avant tout un bouquin agréable et qui détend après une longue journée de travail. On passe un bon moment, on rit volontiers et finalement, cette histoire fait partie de celles qui font du bien, qui réconcilient avec l’humain, sans jamais verser dans le sentimental.

Je n’exclus pas de lire un second livre de Gilles Legardinier à l’occasion : c’est le genre de lecture fluide et sans prétentions à mettre dans la valise des vacances. Et puis qu’il est beau ce chat dans sa casserole, vous ne trouvez pas ?


« La conjuration primitive » de Maxime Chattam

Le résumé :
"Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ? Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage. Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre. Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ? Et si c’était un jeu ? Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus : l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition."

Voilà ce qui s’appelle sauter du coq à l’âne : je crois que je n’aurais pas pu faire plus radical comme enchaînement de livres. On m’avait dit que Maxime Chattam avait un univers dur, que ses livres étaient marquants et empreints d’une grande noirceur… hé bien, c’est tout à fait vrai et c’est même peu dire.

Pour te donner une idée de la bonne ambiance qui règne dans ce polar, disons que nous sommes très proches du Silence des agneaux : d’ailleurs, la musique du film a servi entres autres de fond musical à l’auteur pendant qu’il écrivait. Bien, te voilà prévenu.

C’est le premier ouvrage que je lis de Maxime Chattam et je n’en suis pas sortie indemne : je venais de terminer un bouquin à l’ambiance légère et bon enfant et je me suis retrouvée à assister à une autopsie, à un dépeçage humain, à des viols, à des éviscérations, autant te dire que l’adaptation a été un peu brutale.

Ceci dit, ce livre m’a véritablement tenu en haleine : je l’ai dévoré en 3 soirées. Et il m’a bien filé les jetons, comme on dit : c’est incroyable comme subitement je me suis presque retrouvée à avoir peur du noir.

Si vous êtes amateurs de polars bien sanglants, allez-y : vous ne serez pas déçus. De mon côté, j’ai besoin de lectures un peu plus légères en ce moment mais ce ne sera probablement pas le seul livre de Maxime Chattam qui passera entre mes mains parce qu’il était drôlement bien foutu. Le livre, hein, pas Maxime Chattam. Quoique.


« La vérité sur l’affaire Harry Québert » de Joël Dicker

C’est après avoir lu des avis négatifs de lecteurs déçus par le livre, qui ne sont même pas allés au bout, jusqu’à qualifier ce livre de nanar, et, à l’inverse, de lecteurs absolument conquis par le style de l’auteur, que j’ai décidé de me forger ma propre opinion.

Le résumé : 
"À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.

Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d'avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?"

Voici en effet un livre qui ne ressemble à rien de ce que j’ai lu jusqu’ici, avec un compte à rebours pour les chapitres, des passages répétés à plusieurs reprises dans le récit, une histoire qui se met en place avec un peu de peine au début… mais qui finalement vous happe sans même que vous vous en rendiez compte et qui vous portera sans problème au bout des quelques 650 pages.

Ce roman est très particulier à appréhender : c’est tout d’abord une très belle histoire d’amour, tragique et impossible, entre 2 êtres que l'âge et les bonnes mœurs opposent. C’est aussi un constat de la faiblesse humaine, de ses mensonges et de sa lâcheté. Et puis, c’est une belle peinture de la société américaine, avec des personnages certes très caricaturés (je pense à la mère juive de Marcus et au couple, propriétaire du café du coin et dont j’ai déjà oublié le nom de famille).

Mais c'est surtout un roman policier aux multiples rebondissements. Ce livre m’a fait l’effet d’un manège à sensations : il m’a balloté dans toutes mes convictions, m’a fait douter à chaque instant de mes propres déductions, m’a fait rire, m’a dépaysé, m’a fait me révolter devant l’injustice de certaines situations. Mais c’est un livre que j’ai pris plaisir à retrouver à chaque fois que je reprenais ma lecture.

Autant vous dire que j’ai hâte de lire un de ces jours « Le livre des Baltimore » du même auteur.


« Gravé dans le sable » de Michel Bussi

Je peux le dire, je suis aujourd’hui une grande fan de Michel Bussi et, si l’oursin du portemonnaie ne me retenait pas, j’aurais déjà garni ma bibliothèque avec tous ses livres. Voilà bien un bouquin que j’ai fini avec tristesse et que j’ai même refermé à contrecœur. Je n’aurais qu’une seule chose à dire : j’en veux encore !

Le résumé :
"Quel est le prix d'une vie ? La veille du Débarquement en Normandie, face à une mort certaine, que seriez-vous prêt à promettre pour échanger votre place ? Et que vaudra cette promesse, après la guerre, alors que tous les témoins seront morts ou disparus ?
Lorsqu'une jeune veuve, Alice Queen, découvre des bri­bes de vérité, vingt ans plus tard, que peut-elle prouver? Alice décide pourtant de fouiller le passé et de s'engager dans une quête improbable qui va la mener de la Normandie aux quatre coins des États-Unis... Au péril de sa vie !"
 
J'avais entendu parler de Michel Bussi avant de lire un de ces livres, notamment par ma copine BBB's Mum qui me l'avait recommandé. Et elle a bien fait car le style très fluide de l’auteur m’a vraiment plu : dans ce livre, il parvient à mêler faits historiques, humour, récit policier et roman, pour aboutir à un récit qui ne ressemble à rien de ce que j'ai lu jusqu'ici.

L’auteur sait manier le suspense, d'ailleurs il te fait douter jusqu’au bout et, à un moment, tu es à deux doigts de ne plus pouvoir blairer les personnages qui t’étaient pourtant si sympathiques au début. Du grand art !

Vivement le prochain bouquin sur lequel je vais finir par tomber à un moment ou à un autre : dis-moi l’oursin, tu pars en vacances cette année ? Non ? Ah, tant pis.


Si vous avez des livres à me conseiller en commentaire, bien évidemment, je suis preneuse. Et si vous aussi vous parlez de vos lectures sur vos blogs, hé bien, ça m'intéresse aussi : indiquez-moi les liens.



Commentaires

  1. Hormis Chattam qui est trop gore à mon goût, je vois que nous aimons les mêmes lectures. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous partageons le même plaisir à lire "La vérité sur l'affaire Harry Québert", c'est sûr !

      Supprimer
  2. Il faut que j'arrive à m'accorder du temps pour lire « Gravé dans le sable » de Michel Bussi
    Jusqu'à présent, jamais déçu

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour les idées de lecture, je n'en ai lu aucun...

    RépondreSupprimer
  4. "La vérité sur l'affaire Harry Québert", je ne l'ai pas lu mais je l'ai offert à ma mère. Elle m'a dit l'avoir beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ma mère aimerait beaucoup ce livre aussi : une partie de l'intrigue a lieu dans les années 1970, ça y fait peut-être ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)